Photo d'illustration.
Plein écran
Photo d'illustration. © AFP

65 jours après, Geneviève lutte toujours contre le Covid-19: “Une descente aux enfers”

65 jours après, Geneviève Danesi, 36 ans, n’est toujours pas débarrassée du Covid-19. Cette jeune femme sportive avait été infectée au tout début de l’épidémie mi-mars. Depuis deux mois, au fur et à mesure, de nouveaux symptômes sont apparus. Son cas interroge les spécialistes.

Ce vendredi, nous vous parlions des patients Covid, de plus en plus nombreux, qui gardent des symptômes jusqu’à six semaines après l’apparition du début de la maladie. C’est le cas de Geneviève Danesi. Cette femme de 36 ans qui se décrit comme “sportive, en bonne santé avec une super hygiène de vie” lutte toujours contre le virus 65 jours après avoir été atteinte. 

“La première semaine, je n’ai pas du tout suspecté le Covid, j’ai eu des douleurs abdominales, des diarrhées, et je pensais tout simplement à une gastroentérite. J’ai eu trois jours de répit, mais c’est revenu en bombe: état grippal, clouée au lit pendant une semaine. Après ça a été une descente aux enfers”, explique-t-elle à Cnews.

Le syndrome “post-infectieux”

Geneviève explique ensuite avoir été confrontée à des symptômes plus classiques de la maladie, comme de la fièvre, des maux de gorge et des difficultés à respirer. “J’en suis à 65 jours à peu près. J’ai des symptômes qui ont disparu mais de nouveaux sont apparus comme la tachycardie qui continue mais surtout les oppressions thoraciques énormes, des brûlures qui se baladent entre le cœur et le poumon. Tous les médecins nous font des analyses”, déclare-t-elle sur RTL. 

Selon Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Bicha à Paris, on appelle ça le syndrome “post-infectieux”. “En général, c’est l’inflammation induite par le virus et non le virus lui-même qui est à l’origine de la réapparition des symptômes. On ne sait pas exactement pourquoi. On pense que cela arrive chez des gens qui n’ont pas développé d’anticorps, peut-être parce qu’ils sont immunodéprimés”, précise-t-il.