À la dérive depuis plus d’un an, un vaisseau fantôme réapparaît grâce à la tempête Dennis

Drôle de cadeau de la tempête Dennis: un vaisseau-fantôme tanzanien qui dérivait depuis plus d'un an sans équipage s'est échoué sur la côte sud de l'Irlande, ont déclaré les gardes-côtes irlandais. 

Le MV Alta, cargo de 77 mètres, s'est échoué dimanche près du village de Ballycotton, à proximité de Cork, la deuxième ville du pays, suscitant la curiosité des passants. Les vents impétueux de la tempête Dennis, qui a frappé l'Irlande samedi et dimanche, ont mis un terme à son long voyage en solo, commencé en septembre 2018 au sud-est des Bermudes. 

Alors qu'il faisait route de la Grèce vers Haïti, le bateau s'était trouvé immobilisé en plein milieu de l'Océan Atlantique, à plus de 2.220 kilomètres au sud-est de l'archipel britannique. Les dix membres de l'équipage avaient dû attendre vingt jours à son bord avant d'être secourus par des gardes-côtes américains.

Remorquage interrompu

À l'époque, les gardes-côtes avaient déclaré travailler en étroite relation avec le propriétaire du navire, sous pavillon tanzanien, pour organiser son remorquage vers la côte. Mais le parcours du bateau est ensuite plus flou: le site d'informations maritimes Fleetmon affirme avoir reçu une correspondance présumée du propriétaire de l'Alta, indiquant que son bateau avait été détourné deux fois, alors qu'il était en court de rapatriement. 

Le navire vieux de 44 ans avait ensuite été aperçu par un vaisseau de la Royal Navy britannique en août 2019, voguant sans équipage au milieu de l'Atlantique. "Nous nous sommes approchés du navire pour établir le contact et offrir notre aide, mais personne n'a répondu", avait indiqué sur Twitter le HMS Protector. 

La tempête Dennis, fouettant l'Irlande de ses fortes pluies et vents à plus de 110 km/h, a finalement eu raison de ses pérégrinations solitaires. 

Aucun équipage

Les gardes-côtes irlandais ont indiqué qu'un hélicoptère de sauvetage avait été envoyé sur place dimanche, mais qu'aucun membre de l'équipage n'avait été trouvé à bord. 

Aucun signe de pollution n'a par ailleurs été détecté aux alentours du navire, a indiqué lundi le conseil du comté de Cork, ajoutant que quelqu'un se rendrait à son bord mardi matin, lors de la marée basse, pour un examen plus poussé. 

"Les consultations se poursuivent entre les gardes-côtes irlandais, le conseil du comté de Cork et d'autres organismes compétents pour statuer sur l'avenir de l'épave", a ajouté le conseil dans un communiqué. 

Plein écran
© AFP
  1. Un bourgmestre néerlandais prie les touristes belges de rester chez eux

    Un bourgme­stre néer­landais prie les touristes belges de rester chez eux

    Le bourgmestre de la commune néerlandaise de Hulst, située dans la province de Zélande, demande mardi aux touristes belges de rester à l'écart des polders de sa commune. Un grand nombre de Belges a traversé la frontière ces derniers jours pour des balades ou promenades à vélo. "Ce n'est pas autorisé", affirment en chœur les bourgmestres des communes belges de Beveren, Saint-Gilles-Waes et Stekene (Flandre orientale).
  2. La folle histoire d’un couple en lune de miel confiné sur une île aux Maldives

    La folle histoire d’un couple en lune de miel confiné sur une île aux Maldives

    Depuis le 22 mars dernier, Olivia et Raul de Freitas, un couple originaire d’Afrique du Sud, sont en lune de miel sur une île des Maldives. En pleine pandémie de coronavirus, les jeunes mariés n’ont pas pu rentrer dans leur pays, car leur avion a été annulé. Ils ont donc été coincés pendant plusieurs jours dans leur hôtel de luxe maldivien. Récit d’une folle histoire délivrée par le New York Times.