Un mur de 243 km a été construit (ici à Caldiran) entre la Turquie et l'Iran pour bloquer l'afflux de réfugiés afghans.
Plein écran
Un mur de 243 km a été construit (ici à Caldiran) entre la Turquie et l'Iran pour bloquer l'afflux de réfugiés afghans. © AFP

À la frontière entre la Turquie et l’Iran, un mur de 243 km pour stopper les migrants afghans

Un caleçon, une bouteille en plastique, de récentes traces de pas: ce sont les quelques indices laissés par les migrants afghans qui parviennent à contourner un nouveau mur en construction à la frontière entre la Turquie et l'Iran. Le retour au pouvoir des talibans à Kaboul a plongé l'avenir de nombreux Afghans dans l'incertitude et réveillé en Europe la peur d'une crise migratoire similaire à celle qui a fait trembler le continent en 2015, avec l'afflux de millions de personnes fuyant les conflits au Proche-Orient et transitant par la Turquie.

  1. “Criminel”, “un accord absurde”: un échange imminent de prisonniers entre la Belgique et l’Iran fait polémique
    Prof de la VUB condamné à mort

    “Criminel”, “un accord absurde”: un échange imminent de prison­niers entre la Belgique et l’Iran fait polémique

    Selon toute vraisemblance, un deal diplomatique entre la Belgique et l’Iran devrait permettre le rapatriement du professeur de la VUB Ahmadreza Djalali, arrêté en Iran en 2016 et condamné à mort pour espionnage. En contrepartie, notre pays livrerait Assadolah Assadi, le cerveau d’un attentat (déjoué) qui devait avoir lieu à Paris en 2018. “Criminel”, dénonce Theo Francken (N-VA).