Plein écran
L’écrivain français Gabriel Matzneff. © AFP

Accusé de pédophilie, l’écrivain Gabriel Matzneff se justifie

Gabriel Matzneff, qui n’a jamais caché son attirance sexuelle pour les jeunes adolescents, est au cœur de la polémique depuis l’annonce de la sortie du livre de Vanessa Springora. Dans ce roman autobiographique, baptisé “Consentement”, elle décrit comment elle a été séduite par l’écrivain français, presque quinquagénaire à l’époque, alors qu’elle n’avait même pas 14 ans.

Tremblement de terre dans le milieu littéraire français. Jeudi prochain sortira “Consentement”, livre-choc de l'éditrice Vanessa Springora, dans lequel elle raconte comment Gabriel Matzneff l’a séduite lorsqu’elle était adolescente. Elle y explique avoir entamé une relation, sous emprise, avec l’écrivain à l’âge de 14 ans au milieu des années 1980. Il était alors presque quinquagénaire et multipliait les relations avec de jeunes filles et jeunes garçons, parfois dans le cadre de tourisme sexuel en Asie.

Parallèlement à l’annonce de la sortie de ce bouquin, une vidéo dans laquelle Bernard Pivot interroge sur un ton badin l’écrivain, dans son émission “Apostrophes” en mars 1990, sur son attirance sexuelle pour les “moins de 16 ans”, circule sur les réseaux sociaux.

“Pourquoi vous êtes-vous spécialisé dans les lycéennes et les minettes?”, demande-t-il à celui qui n’a jamais fait mystère de son attrait et de ses relations sentimentales et sexuelles avec des “moins de 16 ans”.

Des “attaques injustes”

Aujourd'hui accusé de pédophilie, Gabriel Matzneff s’est défendu dans les pages du Parisien. L’écrivain âgé de 83 ans dénonce des attaques “injustes et excessives” à son encontre. Il évoque même “la beauté de l’amour que nous vécûmes, Vanessa et moi”, en parlant de sa “relation” avec l’éditrice.

“Plus tard peut-être, lirai-je son livre, mais pas maintenant, ce qu’on m’en a dit me fait tant de peine, je n’en ai pas la force”, a-t-il ajouté.

Dans un message à L’Obs, il a également fait part de sa “tristesse” au sujet d’un “ouvrage hostile, méchant, dénigrant”.

Soutien aux victimes

Le ministre français de la Culture Franck Riester a apporté son soutien à “toutes les victimes” de Gabriel Matzneff. “L’aura littéraire n’est pas une garantie d’impunité. J’apporte mon entier soutien à toutes les victimes qui ont le courage de briser le silence”, a-t-il écrit samedi soir sur son compte Twitter. “Je les invite, ainsi que tout témoin de violences commises sur des enfants, à contacter le 119".

De son côté, le secrétaire d'État chargé de la Protection de l’enfance, Adrien Taquet, “a demandé à ses services de se renseigner du point de vue du droit sur les révélations concernant Gabriel Matzneff ainsi que sur ses publications”, a indiqué à l’AFP son entourage, sans affirmer à ce stade que des poursuites judiciaires pourraient être engagées.

Le ministre de la Culture a aussi demandé au Centre national du livre (CNL) de lui fournir “toutes les précisions” concernant une allocation, versée à certains écrivains pour compenser les difficultés financières liées au grand âge ou à la maladie, dont Gabriel Matzneff est bénéficiaire. “Je prendrai mes responsabilités”, ajoute Franck Riester.