Plein écran
Pierre Moscovici, ministre français de l'Economie. © reuters

Affaire Cahuzac: "Moscovici savait", l'intéressé dément

Le ministre de l'Economie savait "avant le 31 décembre 2012" que Jérôme Cahuzac avait détenu un compte en Suisse, à l'issue d'une enquête menée par Bercy, assure jeudi Valeurs actuelles, une affirmation démentie "avec la plus grande force" par Pierre Moscovici.

Selon l'hebdomadaire, le ministre de l'Economie et le directeur général des Finances publiques Bruno Bézard ont lancé une enquête menée par "une quinzaine de fonctionnaires" sur l'existence d'un compte de Jérôme Cahuzac à l'UBS dès le 7 décembre, trois jours après les révélations de Mediapart.

"Grâce aux excellentes relations nouées entre les hauts fonctionnaires du fisc français et les autorités suisses à l'occasion d'affaires politico-financières sensibles (...), la réponse parvient, semble-t-il, avant le 31 décembre", dit Valeurs actuelles. "Une réponse fort désagréable pour le ministre délégué au Budget: oui, il a bien détenu un compte en Suisse à l'UBS", poursuit le journal. Selon l'hebdomadaire, "il semble que ce fameux compte, appelé compte maître ou compte racine, ait recélé plusieurs sous-comptes".

Plein écran
© afp

Démenti
"L'administration fiscale n'a jamais diligenté, contrairement aux affirmations mensongères de Valeurs actuelles, de "vérification en terre helvétique", ni a fortiori de "mission secrète en Suisse pour vérifier les informations de Mediapart", a réagi Pierre Moscovici dans un communiqué publié jeudi. Il répète qu'"il n'y a pas eu de demande de l'administration fiscale à son homologue suisse, sous une forme ou sous une autre, formelle ou informelle, écrite ou orale, avant le déclenchement de la procédure d'assistance administrative internationale le 24 janvier 2013".

Jérôme Cahuzac a été mis en examen la semaine dernière pour "blanchiment de fraude fiscale", après avoir avoué qu'il avait bien possédé un compte bancaire non déclaré en Suisse dont les fonds avaient été transférés en 2009 à Singapour. Après avoir constamment nié l'existence de ce compte, il a démissionné du gouvernement le 19 mars, à l'ouverture d'une information judiciaire par le parquet de Paris.