Plein écran
© afp

Affaire Cassez: début de l'audience de la Cour suprême mexicaine

Les cinq juges de la Cour suprême du Mexique chargés de se prononcer sur la proposition de libération de Florence Cassez présentée par le rapporteur de la Cour ont commencé à se réunir à huis clos mercredi à 11H15 heure locale (17H15 GMT).

Plein écran
Agustin Acosta, avocat de Florence Cassez © reuters

Arrêtée en décembre 2005 et accusée d'enlèvements, délinquance organisée et port d'armes prohibées, la Française aujourd'hui âgée de 37 ans a été condamnée après trois jugements défavorables successifs à 60 ans de prison.
 
Le rapporteur de la Cour suprême, le juge Arturo Zaldivar, a estimé que le montage télévisé organisé par la police le 9 décembre d'une prétendue arrestation "en direct" avait vicié toute la procédure.
 
Le juge a aussi dénoncé une violation des droits consulaires de la Française et sa non mise à disposition immédiate devant le ministère public.
 
Si la proposition du juge Zaldivar recueille la majorité simple, c'est-à-dire au moins trois voix sur cinq, cela signifiera une "libération immédiate et absolue" de la Française, détenue depuis 6 ans, 3 mois et 12 jours.
 
Si au contraire la libération est rejetée, alors Florence Cassez sera considérée comme condamnée définitivement.
 
Mais la première chambre de cette juridiction peut aussi décider que le débat soit tranché en séance plénière de la Cour suprême, ou décider du renvoi de la procédure devant la justice ordinaire pour un nouveau procès.
 
Lors de cette session à huis clos, la Cour suprême doit également se prononcer sur d'autres affaires.

  1. Emmanuel Macron "fera le maximum" pour éviter une escalade entre les Etats-Unis et l’Iran

    Emmanuel Macron "fera le maximum" pour éviter une escalade entre les E­tats-Unis et l’Iran

    Le président français Emmanuel Macron a promis jeudi à Tokyo qu'il ferait "le maximum" dans les prochains jours pour "éviter une escalade militaire" entre l'Iran et les Etats-Unis. "On fera le maximum" pour que "personne ne commette l'irréparable", a-t-il déclaré à la presse au deuxième jour de sa visite au Japon. "Il est essentiel aujourd'hui que l'ensemble des acteurs diminuent la tension", a-t-il ajouté.