Plein écran
© AFP

Affaire Griveaux: Juan Branco ne pourra pas défendre Piotr Pavlenski

Mise à jourLe bâtonnier de Paris a demandé à Juan Branco de renoncer à défendre Piotr Pavlenski dans l'affaire Griveaux, en raison notamment de "l'absence de distance" entre l'avocat et les actions de son client, a annoncé mercredi le barreau dans un communiqué.

Me Branco avait dénoncé ce week-end une atteinte aux droits de la défense, expliquant que le parquet s'opposait à sa désignation comme avocat de l'artiste russe, mis en examen mardi pour la diffusion de vidéos à caractère sexuel de l'ex-candidat LREM à la mairie de Paris, tout comme sa compagne Alexandra de Taddeo. L'avocat et essayiste avait dit avoir "conseillé" M. Pavlenski sur les vidéos à l'origine du retrait de M. Griveaux avant leur diffusion.

“Pas de conflit d’intérêts avéré...”

Procéduralement, le parquet ne peut pas s'opposer seul au choix d'un avocat mais il peut, lorsqu'il redoute un conflit d'intérêts, saisir le bâtonnier pour qu'il tranche la question. Au cours de l'enquête déontologique annoncée lundi par le bâtonnier de Paris, Me Olivier Cousi, "il n'a pas été relevé de conflit d'intérêts avéré (...) pouvant être opposé à M. Juan Branco", indique le communiqué.

“Toutefois...”

"Toutefois, l'absence de distance manifestée par M. Juan Branco entre sa mission d'avocat et l'action reprochée à son client, ainsi que son absence de prudence lors de déclarations dans les médias l'exposaient à un risque de manquement aux principes essentiels, notamment d'indépendance et de prudence", ajoute-t-il. "Dans ces conditions, le bâtonnier a demandé à M. Juan Branco de renoncer à la défense de M. Pavlenski", conclut-il.

Réaction de Juan Branco

Dans une réaction transmise à l’AFP, Me Juan Branco a expliqué que “c’est en plein accord avec le bâtonnier qu(‘il a) décidé, après l’avoir sollicité, de (se) retirer”. “Je note que la seule ambiguïté qui pourrait m’être reprochée consiste en l’utilisation, lors d’une déclaration à un média gilet jaune, du ‘on’, pronom indéfini systématiquement utilisé en plaidoirie, afin de protéger mon client”, explique Juan Branco. “Si la confusion peut être faite dans l’esprit du public (...), le bâtonnier ne peut ignorer que cette pratique est non seulement normale mais aussi encouragée afin de ne pas donner l’impression que l’on prendrait ses distances avec le client”, ajoute-t-il.

C’est finalement Me Yassine Bouzrou qui a été désigné mardi pour assurer la défense de l'artiste russe de 35 ans.

Piotr Pavlenski devrait conserver son statut de réfugié

L’artiste russe Piotr Pavlenski peut-il pour cela se voir retirer son statut de réfugié ? Non, juge-t-on au ministère de l’Intérieur. Après que l’affaire a forcé l’ancien porte-parole du gouvernement à jeter l’éponge dans la bataille des municipales à Paris, des voix, à l’instar du député LREM de l’Eure Bruno Questel, ont demandé à ce que l’artiste soit déchu du statut de réfugié qu’il a obtenu en 2017.

Le statut ne peut être révoqué que dans deux cas

“Les éléments reprochés à Piotr Pavlenski ne peuvent être regardés comme justifiant un retrait du statut au sens de l’article L711-6" du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile, affirme-t-on à l’AFP au ministère de l’Intérieur. Cet article prévoit qu’il peut être “mis fin” à ce statut dans deux cas. S’il y a “des raisons sérieuses de considérer que la présence en France de la personne concernée constitue une menace grave pour la sûreté de l'État”. Ou si elle “a été condamnée en dernier ressort (...) soit pour un crime, soit pour un délit constituant un acte de terrorisme ou puni de dix ans d’emprisonnement, et sa présence constitue une menace grave pour la société française”.

Avis de l’Office de protection des réfugiés et apatrides

L’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), organe sous tutelle de l’Intérieur qui octroie l’asile, précise pour sa part que trois crimes peuvent justifier un retrait du statut: les crimes contre la paix, les crimes de guerre ou les crimes contre l’humanité. Et “clairement, ce n’est pas le cas” de Piotr Pavlenski, souligne-t-on Place Beauvau. Mercredi matin, explique-t-on de même source, l’Ofpra ne s’était pas auto-saisi ou n’avait pas été saisi par les autorités sur cette question, comme la législation l’y autorise en cas d’éventuel risque pour l’ordre public. Et l’Intérieur serait “très surpris” qu’il le soit.

Piotr Pavlenski vendredi dernier à Paris.
Plein écran
Piotr Pavlenski vendredi dernier à Paris. © AFP
  1. Le mystère de Ferrera Erbognone: les habitants d'un village de Lombardie semblent tous immunisés contre le virus

    Le mystère de Ferrera Erbognone: les habitants d'un village de Lombardie semblent tous immunisés contre le virus

    Les plus de 1.000 habitants du village de Ferrera Erbognone, dans le nord de l’Italie, ne semblent pas être sensibles au coronavirus. Alors que les infections et les décès dus au Covid-19 frappent à grande échelle les municipalités environnantes, le village de la région italienne de Lombardie, qui a été durement touchée, est épargné. Les scientifiques pensent que les habitants sont immunisés contre la maladie. Des analyses de sang doivent montrer comment cela est possible.