Affaire Griveaux: qui se cache derrière les vidéos intimes?

Mise à jourL’artiste contestataire russe Piotr Pavlenski et sa compagne Alexandra de Taddeo sont actuellement en garde à vue dans l’affaire de la publication des vidéos intimes de Benjamin Griveaux, candidat de La République en marche à la mairie de Paris. L’avocat et opposant bien connu Juan Branco se trouve également dans le collimateur de la justice même si, à ce stade, sa participation n’est pas avérée. 

Piotr Pavlenski
Plein écran
Piotr Pavlenski © AFP

Piotr Pavlenski et Alexandra de Taddeo sont en garde à vue pour “atteinte à l’intimité de la vie privée” et “diffusion sans l’accord de la personne d’images à caractère sexuel”, suite du dépôt d’une plainte contre X de Benjamin Griveaux. Ces gardes à vue devraient prendre fin ce lundi après-midi. 

Complicité ou manipulation?

Alexandra de Taddeo est une brillante étudiante en droit âgée de 29 ans. Polyglotte, elle maîtrise notamment le russe et empile les diplômes sur son CV (droit, droit international, sciences politiques, communication, entre autre). Elle a également étudié à Oxford. C’est la destinataire des fameuses vidéos intimes. Les a-t-elle transmises sciemment à son compagnon Piotr Pavlenski ou a-t-elle été manipulée? C’est l’une des questions que se posent les enquêteurs dans cette affaire, relate Le Parisien. Selon les informations du quotidien français, la jeune femme originaire de Metz serait “tétanisée” et complètement “dépassée par l’ampleur des faits”. Elle avait rencontré en 2018 l’artiste dans le cadre de ses recherches pour son mémoire qui lui était consacré. 

Juan Branco, l’avocat des “gilets jaunes”

Dans l’environnement du couple, le jeune avocat Juan Branco, 29 ans, farouche opposant d’Emmanuel Macron et tête pensante des “gilets jaunes”. Il était notamment présent quand la porte des bureaux de Benjamin Griveaux avait été enfoncée par un engin de chantier le 9 janvier 2019, rappelle Le Figaro. Alexandra de Taddeo est à l’origine de la rencontre de l’artiste et du jeune avocat. En décembre dernier, elle les avait en effet tous deux conviés à un colloque à la Sorbonne (Paris). Ils passeront ensuite le réveillon du Nouvel An ensemble où Piotr Pavlenski, ivre, agressera deux convives, ajoute Le Figaro. 

Tenu à distance de son client: “Gravissime”

Juan Branco n’a pu s’entretenir avec son client pendant sa garde à vue: un fait exceptionnel. Le parquet de Paris l’a en effet “empêché” pour le tenir à distance du dossier en raison des éléments de suspicion qui pèsent également sur lui. “Il s’agit d’une atteinte aux droits de la défense inédite, gravissime”, a d’ailleurs réagi dans la foulée le principal intéressé. 

Pendant ce temps, Emmanuel Macron a évoqué le risque d’une ingérence russe dans les démocraties occidentales lors d’une conférence sur la sécurité à Munich, comme pour laisser planer le doute sur la responsabilité de Moscou dans cette affaire. Et selon l’avocat de Benjamin Griveaux, Richard Malka, Piotr Pavlenski n’aurait “pas agi seul”. 

Juan Branco
Plein écran
Juan Branco © AFP

Pavlenski “a sans doute été aidé”

Piotr Pavlenski “a sans doute été aidé”, a estimé lundi la porte-parole du gouvernement français. Interrogée sur la chaîne LCI pour savoir si cette affaire relevait d’une manipulation politique plus importante, Sibeth Ndiaye a répondu que “c’est un peu tôt pour le dire parce que l’enquête ne fait que démarrer” et qu’il faut “laisser du temps à l’enquête pour se dérouler”.

“Ne pas verser dans le complotisme”

“Moi je ne veux pas verser dans le complotisme. Néanmoins, je remarque qu’il y a quand même une certaine forme de technicité pour mettre en œuvre tout cela”, a déclaré la représentante du gouvernement, en évoquant “le fait de construire un site Internet, le fait d’écrire en français parfaitement alors que manifestement, Piotr Pavlenski parle certes français, mais avec quelques difficultés”. “Donc il a sans doute été aidé, je ne suis pas sûr que ce soit le personnage central de cette affaire”, a-t-elle conclu.

Aucune preuve d’une implication russe

Le secrétaire d’État au numérique Cédric O a de son côté assuré sur la radio FranceInfo ne disposer “à ce stade” d’“aucune information qui me laisse penser qu’il pourrait y avoir autre chose qu’un agissement personnel”. “Si ça devait être le cas, ce serait très grave”. “Nous n’avons aucune preuve ni aucun indice qui nous laisse penser que la Russie soit impliquée”, a ajouté le ministre.

Plein écran
© REUTERS
Plein écran
© AFP
  1. Un bourgmestre néerlandais prie les touristes belges de rester chez eux

    Un bourgme­stre néer­landais prie les touristes belges de rester chez eux

    Le bourgmestre de la commune néerlandaise de Hulst, située dans la province de Zélande, demande mardi aux touristes belges de rester à l'écart des polders de sa commune. Un grand nombre de Belges a traversé la frontière ces derniers jours pour des balades ou promenades à vélo. "Ce n'est pas autorisé", affirment en chœur les bourgmestres des communes belges de Beveren, Saint-Gilles-Waes et Stekene (Flandre orientale).
  2. La folle histoire d’un couple en lune de miel confiné sur une île aux Maldives

    La folle histoire d’un couple en lune de miel confiné sur une île aux Maldives

    Depuis le 22 mars dernier, Olivia et Raul de Freitas, un couple originaire d’Afrique du Sud, sont en lune de miel sur une île des Maldives. En pleine pandémie de coronavirus, les jeunes mariés n’ont pas pu rentrer dans leur pays, car leur avion a été annulé. Ils ont donc été coincés pendant plusieurs jours dans leur hôtel de luxe maldivien. Récit d’une folle histoire délivrée par le New York Times.