Plein écran
Ziad Takieddine © photo_news

Affaire Karachi: six personnes en correctionnelle

Six personnes, dont le dirigeant du groupe de luxe LVMH Nicolas Bazire et l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine, ont été renvoyées jeudi à Paris en correctionnelle dans le volet financier de l'affaire Karachi, a-t-on appris de source judiciaire.

Dans cette affaire, la Cour de justice de la République (CJR) est déjà saisie des cas de l'ancien Premier ministre Edouard Balladur et de son ancien ministre de la Défense François Léotard.

Les magistrats Renaud van Ruymbeke et Roger Le Loire ont enquêté pendant plus de trois ans pour déterminer si la campagne présidentielle perdue en 1995 par l'ancien Premier ministre Edouard Balladur avait été financée au travers de rétrocommissions -illégales- sur des contrats internationaux d'armement conclus en 1994 par son gouvernement.

Outre M. Bazire, qui était le directeur de cabinet de M. Balladur, puis de sa campagne de 1995, ils ont également ordonné le renvoi d'un ancien conseiller de M. Léotard, l'ex-ministre Renaud Donnedieu de Vabres, et de deux intermédiaires, Ziad Takieddine et Abdul Rahman El-Assir, imposés tardivement dans la négociation de contrats d'armement en 1994 avec le Pakistan et l'Arabie Saoudite.

Thierry Gaubert, proche des mis en cause, et Dominique Castellan, ex-PDG de la branche internationale de la direction des constructions navales (DCNI), sont également renvoyés.

"Pour les familles des victimes de l'attentat de Karachi que je représente, c'est une première grande victoire car à l'origine, le parquet s'était opposé à l'ouverture de ce volet financier", a réagi leur avocat, Me Olivier Morice.

L'attentat de Karachi avait fait au total 15 morts le 8 mai 2002.

  1. Vote crucial pour le Brexit ce samedi au parlement britannique

    Vote crucial pour le Brexit ce samedi au parlement britanni­que

    La journée pourrait être historique, samedi au parlement britannique. Les "members of parliament" se retrouvent en matinée au Palais de Westminster pour débattre puis se prononcer sur le nouvel accord dégagé par les négociateurs du gouvernement du Premier ministre Boris Johnson et de la Commission européenne en vue du Brexit. L'issue du vote est pour le moins incertaine, et des propositions d'amendement pourraient encore venir jouer les trouble-fête.