Plein écran
Selina a vécu un véritable enfer à Cologne dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier. © (capture d'écran)

Agressions à Cologne: "Ils ont commencé à nous toucher les fesses"

VideoDepuis deux semaines, les témoignages des victimes de Cologne arrivent au compte-gouttes. Ceux de Selina, Klaus et sa fille font froid dans le dos. "J'en repoussais un et le suivant arrivait... C'était un chemin de croix pour réussir à la protéger", se souvient Klaus sur BFM en voulant protéger sa fille.

Plein écran
© epa
Citation

J'ai vu un homme de type moy­en-orien­tal mettre sa tête dans son décolleté

Plein écran
© ap
Citation

Quand tu répondais que tu ne voulais pas leur parler, tu étais la salope, la pute. Tu te faisais insulter

C'est devenu "la nuit de la honte". Dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, des agressions sexuelles en masse ont eu lieu à Cologne parmi la foule rassemblée devant la gare centrale et sur le parvis de la cathédrale pour admirer les feux d'artifices.

Insultes
Depuis deux semaines, les témoignages des victimes de Cologne arrivent au compte-gouttes. C'est notamment le cas de Selina, Klaus et sa fille, comme le rapporte BFM.

"Ils ont commencé à nous toucher les fesses. Certains nous interpellaient. Et quand tu répondais que tu ne voulais pas leur parler, tu étais la salope, la pute. Tu te faisais insulter. C'est difficile à dire parce que ça s'est passé à la volée, pendant que je marchais", se souvient Selina, qui sera sauvée finalement par un agent ferroviaire.

"Il la serrait si fort"
Klaus et sa fille de 18 ans sont sortis pour admirer les feux d'artifice. "Elle était debout juste à côté de moi et j'ai sursauté en l'entendant crier. En tournant la tête, j'ai vu un homme de type moyen-oriental mettre sa tête dans son décolleté. Il la soulevait en la serrant si fort qu'elle avait du mal à respirer. Elle a crié, je me suis retourné et j'ai plaqué l'homme au sol", ajoute ce père de famille.

Il ajoute: "J'ai essayé de la protéger encore plus en mettant mon bras en évidence sur son épaule. Ça me semblait clair. Mais visiblement, ça ne l'était pas pour ces gens. Il y avait encore des étrangers qui essayaient de la tripoter. J'en repoussais un et le suivant arrivait... C'était un chemin de croix pour réussir à la protéger".

Le nombre de plaintes pour vols, violences et agressions sexuelles lors de la nuit du Nouvel An à Cologne continue d'augmenter et s'est élevé à 561, recouvrant "653 délits".

Plein écran
© epa
Plein écran
© afp