Plein écran
© getty

Après 130 ans de mystère, Jack l'Éventreur enfin identifié?

Qui se cache derrière Jack l'Éventreur? Cette question, le Royaume-Uni et le monde entier se la posent depuis 1888 et les horribles crimes commis par le tueur en série. Deux scientifiques anglais ont peut-être trouvé la réponse grâce à des analyses ADN.

Plein écran
Aaron Kosminski © afp

Rumeurs et hypothèses durant des décennies et un mystère élucidé après 130 ans? Peut-être. Les éléments révélés par deux scientifiques anglais et rapportés par la revue Journal of Forensic Sciences ne permettent pas encore d'identifier formellement Jack l'Éventreur, mais tendent à confirmer une piste déjà explorée. 

Grâce à des analyses ADN menées à partir d'une écharpe ensanglantée retrouvée à proximité d'une victime, les chercheurs ont permis de déceler son potentiel propriétaire, un certain Aaron Kosminski, un coiffeur polonais âgé de 23 ans au moment des faits et qui souffrait de problèmes psychologiques. Décédé à 53 ans, il avait terminé sa vie dans un asile, interné après avoir attaqué sa soeur à l'aide d'un couteau.

"Pas une certitude à 100%"
Rapidement considéré comme le principal suspect, les preuves contre lui sont toujours restées insuffisantes. Le travail d'investigation opéré par les deux scientifiques n'est pas non plus à considérer comme une preuve accablante. "Ce n'est pas une certitude à 100%", assurent-ils avant de préciser que l'objectif initial était surtout d'observer si le traitement ADN pouvait donner des résultats satisfaisants après plus d'un siècle.  L'échantillon de l'époque a finalement pu être comparé avec des descendants vivants d'Aaron Kosminski. 

Jack l'Éventreur a semé l'horreur en 1888 dans le quartier londonien de Whitechapel s'attaquant principalement à des prostituées. Cinq crimes commis dans les environs à cette période sont imputables au célèbre tueur en série en raison des similitudes constatées.

  1. La Nasa a été piratée par un mini-ordinateur à 30 euros

    La Nasa a été piratée par un mi­ni-ordinateur à 30 euros

    Un hacker a infiltré le réseau informatique d'un centre de la Nasa l'an dernier, forçant l'agence spatiale américaine à déconnecter temporairement des systèmes de contrôle des vols spatiaux du centre affecté.L'attaque a commencé en avril 2018 et s'est poursuivie pendant près d'un an dans les réseaux du mythique Jet Propulsion Laboratory (JPL) à Pasadena en Californie, a révélé l'inspecteur général de la Nasa dans un rapport publié le 18 juin.