Plein écran
Des images de la fusillade de Jersey City. © NBC New York

Après l'attaque du New Jersey, les juifs américains "à un moment critique”

L'attaque qui a visé l'épicerie casher de Jersey City mardi a ravivé les craintes de la communauté juive américaine, aujourd'hui "à un moment critique", selon le directeur du centre sur l'extrémisme de l'association de lutte contre l'antisémitisme ADL (Anti-Defamation League), Oren Segal.

La communauté juive considère depuis longtemps les Etats-Unis comme un pays de tolérance pour leur religion. Cela est-il en train de changer ?

La communauté juive s'inquiète de ces actes et de la façon dont on parle des juifs, mais cela ne veut pas dire que les gens sont en train de se réfugier dans les montagnes. Cela reste un pays dans lequel la plupart des juifs se sentent en sécurité, mais on ne peut pas s'étonner que la communauté, tout comme ce serait le cas pour n'importe quel groupe, se sente un peu plus en danger à chaque fois que des juifs sont tués parce qu'ils sont juifs. (...) C'est un moment vraiment critique pour la communauté juive. Je ne pense pas que quiconque aurait pu imaginer une série d'attaques comme celle-là."

L'attaque de Jersey City a été commise non par des suprémacistes blancs ou des islamistes, mais par des sympathisants d'un mouvement séparatiste noir, selon le procureur. En quoi cela change-t-il la donne par rapport aux autres attaques de ces derniers mois ?

R"Ce que ces groupes ont en commun, c'est la célébration de la haine. (...) Cela montre que l'antisémitisme est une manifestation de la haine qui anime des mouvements aux idéologies très différentes. Et je ne pense pas que ceux qui travaillent sur ces questions soient surpris que, cette fois, ce soit différent de ce que les gens attendaient, à savoir des suprémacistes blancs."

La menace vient-elle davantage aujourd'hui d'individus auto-radicalisés plutôt que de mouvements organisés ?

Les communications fonctionnent aujourd'hui d'une manière inédite dans l'histoire de l'humanité. Dans le monde entier, des gens peuvent faire circuler toutes sortes de commentaires, (...) dont une partie importante est négative, haineuse. (...) Il y a donc plus de moyens d'atteindre des individus, de les recruter, de les radicaliser. (...) Cela nécessite plusieurs réponses, que les dirigeants prennent position régulièrement et sans équivoque contre l'antisémitisme et toute forme de haine, que l'industrie de la tech (...) rende plus difficile la diffusion (de ces idéologies) et que les autorités prennent conscience que les menaces qui visent ce pays ne viennent pas seulement de l'étranger.”

Plein écran
© AP
Plein écran
© AP
Plein écran
© AP
Plein écran
© AP