Angela Merkel
Plein écran
Angela Merkel © AP

Au lendemain de tremblements, Merkel s'asseoit pour les hymnes

Angela Merkel s'est exceptionnellement assise sur une chaise jeudi pour une cérémonie des hymnes nationaux au lendemain de nouveaux tremblements en public, mais s'est montrée rassurante sur son état de santé.

La troisième crise de tremblements, mercredi avec son homologue finlandais, a suscité nombre d'interrogations en Allemagne et à l'étranger. La dirigeante a pris place sur une chaise blanche au côté de la Première ministre danoise Mette Frederiksen, elle aussi assise à l'occasion de cette cérémonie des honneurs militaires dans la cour de la chancellerie à Berlin.

La chancelière a ensuite insisté sur le fait qu'elle prenait grand soin de sa santé. "Vous pouvez partir du principe que je suis consciente de la responsabilité liée à mes fonctions et que j'agis en fonction de cela", a-t-elle déclaré, interrogée par un journaliste sur le fait de savoir si elle avait consulté un médecin pour ses crises de tremblement.

“Je vais très bien”

"Vous pouvez aussi partir du principe qu'en tant que personne, j'ai aussi un grand intérêt personnel à être en bonne santé et à prendre soin de ma santé", a-t-elle ajouté lors d'une conférence de presse avec son homologue danoise.

La chancelière avait déjà assuré mercredi aller "très bien" après avoir été victime d'une troisième crise de tremblements en moins d'un mois en recevant le Premier ministre finlandais, Antti Rinne. "Je vais très bien. Il ne faut pas se faire de souci", avait-elle affirmé une heure environ après avoir tremblé de tout son corps lors de la cérémonie des hymnes nationaux à la chancellerie.

Examens médicaux

Elle a attribué l'incident à une réaction psychosomatique liée à l'anxiété suscitée par sa première crise impressionnante de tremblements, survenue il y a moins d'un mois. "Cela ne s'arrête plus", titrait en Une jeudi le quotidien le plus lu d'Allemagne avec une photo d'Angela Merkel, tandis que les médias s'interrogeaient sur l'état de santé de la chancelière au pouvoir depuis près de 14 ans.

Citant des sources proches du gouvernement, le journal assure qu'elle a effectué des examens médicaux intensifs, notamment sanguins, après sa première crise, la plus impressionnante, le 18 juin avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Elle avait alors attribué cet incident à une déshydratation liée à la forte chaleur qui régnait sur Berlin. Selon Bild, les examens sanguins n'ont révélé aucune carence notamment minérale. La dirigeante avait été prise de tremblements une deuxième fois le 27 juin lors de la prise de fonction officielle de la nouvelle ministre de la Justice.

  1. Un camion force le passage parmi les manifestants à Minneapolis
    Play

    Un camion force le passage parmi les manifes­tants à Minneapo­lis

    Un camion-citerne a tenté dimanche de se forcer un passage au milieu d'un cortège de milliers de manifestants sur un pont du centre de Minneapolis, dans le Minnesota, forçant l'intervention massive des forces de l'ordre. "A priori aucun manifestant n'a été blessé", selon un communiqué de la police locale qui parle d'un incident "très dérangeant". Le chauffeur du camion a été blessé, sans que sa vie soit en danger. Il a été conduit à l'hôpital et placé en état d'arrestation.
  2. Trump emmené dans un bunker face à la manifestation sous tension
    Play

    Trump emmené dans un bunker face à la manifesta­ti­on sous tension

    Le président américain Donald Trump a été brièvement placé dans un bunker souterrain vendredi soir alors que les manifestants se réunissaient devant la Maison-Blanche pour réclamer la justice après la mort du quadragénaire afro-américain George Floyd suite à son interpellation à Minneapolis, indiquent lundi les médias outre-Atlantique sur base de sources officielles anonymes, évoquant l’une des alertes les plus élevées depuis le 11 septembre 2001.
  3. Michael Jordan et Lewis Hamilton s’engagent eux aussi contre le racisme

    Michael Jordan et Lewis Hamilton s’engagent eux aussi contre le racisme

    L'ancienne superstar américaine du basket Michael Jordan et le sextuple champion du monde de F1 Lewis Hamilton se sont joints dimanche aux sportifs qui, à travers le monde, ont déploré la mort d'un homme noir lors de son interpellation aux États-Unis qui a entraîné des dizaines de manifestations dégénérant parfois en émeutes. Le pilote britannique a lui dénoncé le silence des "plus grandes stars" de la F1 "dominée par les blancs".