Plein écran
© AP

Au moins 43 morts dans l'incendie d'une usine à New Delhi

Mise à jourAu moins 43 personnes sont décédées dimanche dans l’incendie d’une usine à New Delhi qui servait aussi de dortoir pour des ouvriers, selon un bilan provisoire qui pourrait encore s’alourdir.

L’incendie s’est déclenché aux premières heures de la matinée dans un quartier ancien de la capitale indienne.

Outre le bilan de 43 morts, au moins 16 personnes ont été hospitalisées, selon Monika Bhardwaj, adjointe au commissaire de police en charge du quartier nord de New Delhi.

Les victimes sont des “ouvriers qui dormaient à l’intérieur de ce bâtiment comprenant quatre ou cinq étages”, a indiqué à l’AFP Sunil Choudhary, chef adjoint des pompiers de New Delhi.

Au moins 50 personnes ont été sauvées par les services de secours, a-t-il précisé.

Les pompiers ont expliqué que les conditions d’accès au Bazar Sadar, un important marché de gros faiblement éclairé de la capitale, étaient très difficiles.

Le bâtiment ravagé par les flammes était plein de cartables d’écoliers et de matériel d’emballage, ont indiqué les services de lutte contre les incendies qui ont affirmé ne pas connaître les causes de ce feu.

Des chaînes de télévision ont diffusé des images de pompiers transportant les résidents hors des ruelles étroites jusqu’aux véhicules d’urgence garés à proximité.

Dortoirs pour travailleurs pauvres

“Les pompiers ont terminé les opérations de sauvetage. Il n’y a pas d’autres victimes sur place. Nous ne savons pas encore si les causes de cet incendie ont été aggravées par la présence de sacs d’emballage en plastique, de sacs et d’autres matériaux de ce type”, a dit Mme Bhardwaj.

“La plupart des personnes décédées dormaient au moment où l’incendie s’est déclenché et sont décédées d’asphyxie”, a-t-elle expliqué.

Dans nombre de grandes villes indiennes, les usines et petites unités de fabrication sont situées dans des quartiers anciens et exigus, où le prix de l’immobilier est moins élevé.

La nuit, ces bâtiments servent souvent de dortoirs pour les travailleurs pauvres, pour la plupart des migrants, qui parviennent ainsi à économiser de l’argent en dormant sur leur lieu de travail.

Un manque de planification et des manquements dans l’application des règlements de construction et de sécurité entraînent souvent de tels accidents mortels.

Cet incendie “est particulièrement atroce. Mes pensées vont à ceux qui ont perdu des êtres chers”, a déclaré le Premier ministre Narendra Modi sur Twitter.

“Souhaitant un prompt rétablissement aux blessés. Les autorités apportent toute l’aide possible sur les lieux de la tragédie “, a-t-il ajouté.

Arvind Kejriwal, chef de l’exécutif local, a qualifié ce drame de “très très tragique nouvelle”.

  1. Un pickpocket interpellé lors d'un concert avec 30 téléphones dans son short grâce à un tuyau de la police belge
    Play

    Un pickpocket interpellé lors d'un concert avec 30 téléphones dans son short grâce à un tuyau de la police belge

    Un trentenaire roumain, qui avait caché une trentaine de téléphones volés dans le short cycliste qu’il portait sous ses vêtements, a été arrêté mardi passé aux Pays-Bas, en marge d’un concert de Sum 41 dans la salle AFAS Live à Amsterdam, grâce à un tuyau de la police belge, suite au vol similaire d’une cinquantaine de téléphones lors d’un concert du même groupe canadien le 14 janvier à la Lotto Arena à Anvers.
  2. Une nouvelle demande de remise en liberté de Patrick Balkany rejetée

    Une nouvelle demande de remise en liberté de Patrick Balkany rejetée

    La cour d'appel de Paris a à nouveau rejeté lundi une demande de mise en liberté du maire de Levallois-Perret Patrick Balkany, 71 ans, une semaine avant l'ouverture de son procès en appel pour blanchiment aggravé. La cour a également rejeté une demande d'abaissement de la caution de 500.000 euros imposée à l'élu - actuellement incarcéré à la prison parisienne de la Santé - dans le cadre du contrôle judiciaire accordé après sa condamnation pour fraude fiscale.