Plein écran
Archive. © afp

Au Venezuela, un député d'opposition obligé de se réfugier dans une ambassade

Le député d'opposition Richard Blanco, l'un des dix parlementaires vénézuéliens inculpés pour leur soutien au soulèvement manqué du 30 avril mené par l'opposant Juan Guaido, a annoncé jeudi s'être réfugié dans la résidence de l'ambassadeur d'Argentine à Caracas.

"Je suis ici de façon provisoire, dans la résidence de l'ambassadeur", a dit M. Blanco sur la chaîne de télévision VPI, au lendemain de l'arrestation par les services de renseignement d'Edgar Zambrano, le vice-président de l'Assemblée nationale et bras droit du chef de l'opposition Juan Guaido.

La Cour suprême, que l'opposition accuse d'être à la solde du président Nicolas Maduro, a inculpé de haute trahison, conspiration et rébellion civile dix députés d'opposition pour leur soutien à la tentative d'insurrection du 30 avril.

L'Assemblée constituante, composée uniquement de partisans du président socialiste, a levé l'immunité de sept de ces députés. "Je suis venu passer la nuit ici car ma vie était en danger", a assuré M. Blanco.

Un autre député dans l'ambassade d'Italie
Une autre députée inculpée, Mariela Magallanes, s'est réfugiée mercredi dans la résidence de l'ambassadeur d'Italie à Caracas. Autoproclamé président, Juan Guaido est reconnu par une cinquantaine de pays, dont les Etats-Unis.

L'Assemblée constituante avait déjà levé son immunité en avril, considérant qu'il "usurpe" la fonction présidentielle. L'opposant et ses partisans ont, eux aussi, recours au terme d'"usurpateur" pour qualifier Nicolas Maduro dont ils estiment qu'il doit son maintien au pouvoir à l'élection présidentielle "frauduleuse" de l'an dernier.

La Constituante est l'une des deux assemblées au Venezuela. Créée en 2017, elle remplace, dans les faits, l'Assemblée nationale, dont les décisions ne sont plus prises en compte par l'exécutif.