Plein écran
© afp

Audiences techniques sur le naufrage du Concordia

Le tribunal de Grosseto (Toscane, centre) se penche à partir de lundi sur le naufrage du paquebot Costa Concordia, afin d'établir les responsabilités et décider l'ouverture éventuelle d'un procès pénal sur la tragédie qui avait fait 32 morts en janvier.

Plein écran
Plein écran

Des centaines d'experts, avocats, rescapés et familles des victimes vont participer à une série d'audiences techniques à huis-clos, qui dureront plusieurs jours. Est attendu à Grosseto pour la première fois le commandant du paquebot Francesco Schettino, assigné à résidence dans sa ville de Meta, au sud de Naples.

Présenté comme "l'homme le plus détesté d'Italie" par un journal italien, baptisé "Capitaine Couard" par les tabloïds britanniques, il est mis en cause, ainsi que six autres membres de l'équipage, et trois dirigeants de la compagnie Costa Crociere, propriétaire du paquebot, pour homicides par imprudence et naufrage.

Il est également soupçonné d'avoir abandonné son navire avant la fin de l'évacuation. Licencié en juillet par la compagnie, il a porté plainte contre Costa Crociere et demande sa réintégration.

Toute la semaine, magistrats, avocats et experts vont examiner les analyses techniques, un millier de pages et sept DVD, des boîtes noires du paquebot, déposées il y a un mois par un groupe de spécialistes nommés par le tribunal.

Les enquêteurs cherchent à savoir pourquoi le paquebot voguait si près de l'île à grande vitesse pour une parade tous feux allumés dite de "salut" ("inchino") et pourquoi la procédure d'évacuation n'a été entamée qu'une heure après la collision, alors que le navire penchait déjà dangereusement.

Plein écran
© afp
Plein écran
© afp

Le navire Costa Concordia pesant 114.500 tonnes s'était échoué sur des rochers à quelques dizaines de mètres de l'île du Giglio durant la nuit du 13 janvier avec à son bord 4.229 personnes, dont 3.200 touristes.

De nombreuses procédures judiciaires ont été entamées contre la compagnie dans plusieurs pays. Des collectifs de naufragés se sont créés et des plaintes ont ainsi été déposées en Italie, en France et aux Etats-Unis.

Aux Etats-Unis, 39 passagers réclament à Carnival, la maison-mère de Costa Crociere, 520 millions de dollars de dommages et intérêts. En attendant, sur l'île du Giglio, l'énorme épave du paquebot gît toujours tout près du port, couchée sur le flanc.

Pour la grande joie des curieux qui pendant l'été ont fait l'aller-retour dans la journée pour se faire photographier devant le mastodonte. Mais au grand dam de la population qui a vu chuter les réservations d'hôtel, les touristes craignant notamment des répercussions sur la qualité du rivage.

Selon le projet d'enlèvement lancé le 15 mai, et en tenant compte des conditions météo, l'épave devrait être retirée au printemps 2013. Une opération complexe et sans précédent en raison de la taille du bateau: le groupe Costa Crociere devra d'abord le redresser avant de le remorquer dans un port où il sera ensuite démantelé.