Plein écran
© AP

Beaucoup de “déplacements pour raisons familiales” sur la route des vacances en France: “Les gens ne comprennent pas”

Les vacances débutent officiellement ce samedi pour les habitants de la zone C en France et le message du gouvernement n’est, semble-t-il, pas clair pour tout le monde. Les mots d’Edouard Philippe sur Twitter, hier, étaient pourtant tout à fait compréhensibles. “Il ne doit y avoir aucun départ en vacances dans les jours qui viennent. Vous propageriez le virus et vous ruineriez notre effort collectif depuis près de trois semaines. Il y aura des contrôles.”

Dans Le Parisien, l’employé d’une aire de repos à Darvault, en Seine-et-Marne, raconte qu’il voit passer de nombreuses voitures “avec des coffres de toit ou des couples avec enfants et valises”. “Les gens ne comprennent pas”, regrette-t-il, “affirmant que ces départs en vacances ont commencé il y a trois jours. “Il n’y a pas tout le temps des contrôles et les gens sortent une excuse bidon, et ça passe.”

Ce vendredi, il y a beaucoup de contrôles mais peu de verbalisations. Il y avait pourtant “davantage de circulation” du côté de la Porte d’Orléans et même “quelques embouteillages”. Dans la gare Saint-Lazare, un agent de la Sûreté ferroviaire a expliqué qu’il y avait “beaucoup de déplacements pour motifs familiaux mais il est compliqué de vérifier si les gens disent la vérité ou pas.”

  1. Gabriel, 14 ans, violemment interpellé après une tentative de vol: “Il risque de perdre un œil”
    France

    Gabriel, 14 ans, violemment interpellé après une tentative de vol: “Il risque de perdre un œil”

    Dans la nuit du 25 au 26 mai dernier, Gabriel, 14 ans, a été interpellé par les forces de l’ordre après avoir tenté de voler un scooter avec un ami à Bondy, près de Paris. Le flou demeure sur les conditions de l’arrestation, rapporte Le Parisien. Le jeune garçon souffre de plusieurs lésions au visage et “risque de perdre son œil” à cause d’une fracture de l’orbite. Il est actuellement soigné à l’hôpital Jean-Verdier de Bondy.
  2. L’histoire émouvante d’un Marine américain qui ne veut pas quitter son chien renifleur de bombes

    L’histoire émouvante d’un Marine américain qui ne veut pas quitter son chien renifleur de bombes

    Un Marine américain a fait équipe avec un chien renifleur de bombes pendant un an, à l’ambassade américaine de Kaboul. Leur déploiement s’arrête cette semaine, ils vont donc devoir se séparer. Richard Pickett-White ne peut se résoudre à quitter son berger malinois répondant au nom d’Abel. Il souhaite acheter le chien, afin qu’il puisse vivre avec lui mais l’entreprise de sécurité à qui il appartient a refusé.