Plein écran
© AFP

Boris Johnson souhaite "une sorte d'accord" avec l’UE

BrexitAccusé de fuir les questions et fragilisé par une histoire de scène de ménage, Boris Johnson a lancé une contre-offensive ces dernières heures sur les plateaux de télévision et radio, où il a défendu une "sorte d'accord" avec l'Union européenne tout en reconnaissant avoir besoin de "la coopération" de Bruxelles en cas d'échec.

Le favori pour succéder à la Première ministre britannique Theresa May a signifié une nouvelle fois que l'accord de sortie conclu entre la dirigeante conservatrice et Bruxelles en novembre, qui a été rejeté trois fois par les députés britanniques, était "mort". Mais il a plaidé pour en conserver certains "morceaux utilisables" comme les droits des citoyens européens, à "immédiatement" intégrer à la loi britannique, dans un entretien avec la radio LBC mardi.

“Période de transition”

"On va avoir besoin d'une sorte d'accord, et c'est bien ce que je vise, pour obtenir une période de transition", clause que prévoyait le plan de Theresa May, a aussi dit l'ancien ministre des Affaires étrangères sur la BBC lundi soir.

Et pour faire peser la balance en faveur de Londres, Boris Johnson se "prépare sérieusement et avec détermination" à une sortie sans accord ou selon les termes de l'Organisation mondiale du commerce, un scénario qu'il affirme ne pas souhaiter tout comme les Européens.

Il a aussi appelé à insuffler "une ambiguïté créative" autour de la facture que devra payer le Royaume-Uni à l'UE à sa sortie, dans le cadre du budget pluriannuel en cours (2014-2020), c'est-à-dire de ne pas dire clairement "quand ni quel montant de cette somme allait être payé".

Plein écran
© Photo News

Pas de frontière "dure”

"BoJo", 55 ans, a assuré que, lui Premier ministre, son gouvernement n'imposerait "aucune frontière dure (physique, ndlr)" en Irlande du Nord -- le retour d'une frontière entre cette province britannique et la République d'Irlande, membre de l'UE, étant l'un des dossiers épineux du Brexit. Il a également promis que le Royaume-Uni "n'imposerait pas de tarifs douaniers sur les biens qui arrivent au Royaume-Uni".

Et cela même si, le 31 octobre, jour de la date-butoir du divorce, son pays quittait l'UE sans accord.

"Bien sûr, cela ne dépend pas juste de nous. Cela dépend de l'autre côté aussi", a-t-il reconnu, en faisant référence aux dirigeants européens. "Il y a bien sûr un élément très important: celui de la réciprocité et de la coopération".

“Ce serait vraiment bizarre”

Concernant les droits douaniers, "ce qu'on ne peut pas faire c'est utiliser unilatéralement la solution du GATT 24", une disposition qui prévoit des dérogations aux règles de l'Organisation mondiale du commerce en matière de droits de douane. "Ce que nous pouvons faire est nous mettre d'accord avec nos amis européens et partenaires pour aller de l'avant sur cette base", a-t-il ensuite précisé.

"Ce serait vraiment bizarre que l'UE décide seule décide d'imposer des droits de douane sur les biens en provenance du Royaume-Uni" en cas de Brexit sans accord, a-t-il poursuivi. "Ce serait un retour au système napoléonien continental".

  1. Vote crucial pour le Brexit ce samedi au parlement britannique

    Vote crucial pour le Brexit ce samedi au parlement britanni­que

    La journée pourrait être historique, samedi au parlement britannique. Les "members of parliament" se retrouvent en matinée au Palais de Westminster pour débattre puis se prononcer sur le nouvel accord dégagé par les négociateurs du gouvernement du Premier ministre Boris Johnson et de la Commission européenne en vue du Brexit. L'issue du vote est pour le moins incertaine, et des propositions d'amendement pourraient encore venir jouer les trouble-fête.