Plein écran
© afp

Boutin, César de l'évanouissement

Toi aussi, "Jouelacommeboutin" et feins de t'évanouir, semblent exorter des centaines d'internautes hilares devant le malaise - feint ou pas, là est la question - de Christine Boutin lors de la manifestation anti-mariage gay de dimanche. La principale intéressée ignore les moqueries et demande encore fermement que François Hollande fasse machine arrière. Elle exige également que Manuel Valls démissionne.

Plein écran
© afp
Plein écran
© afp
Imitations en série sur #Jouelacommeboutin
Plein écran
Imitations en série sur #Jouelacommeboutin © @holypony et @bplastik
Plein écran
© Les Tumblr de Tomme Blur

Les photos ont fait le tour de la toile côté français, les (non)militants pour le mariage gay se gaussant devant les clichés d'une Christine Boutin "évanouie" ou presque dans une rue de Paris. En cause, des gaz lacrymogènes lâchés par la police au cours de la manifestation dominicale non autorisée par la préfecture et qui rassemblait les détracteurs du mariage pour tous.

Victime
Des clichés de l'ancienne ministre, étendue sur le sol la tête entre les mains d'une jeune militante, ont rapidement été utilisés par les chrétiens-démocrates comme argument contre le gouvernement. "Une honte", "un scandale", lisait-on sur leur Twitter. Selon eux, Christine Boutin se serait sentie mal suite aux gaz diffusés par la police pour maîtriser de soi-disants débordements. Lesquels sont vivement contestés par les organisateurs de la manifestation.

Des débordements, oui mais de qui?
Selon ces derniers, malgré les six gardes à vue enregistrées, ce sont les forces de l'ordre qui ont dérapé. Pour Christine Boutin, le préfet de police et Manuel Valls n'ont qu'une seule solution après ces incidents: démissionner. Or, pour Manuel Valls, la réaction des forces de l'ordre était parfaitement proportionnelle à la violence des manifestants. La police aurait, selon lui, "gardé son sang-froid" face aux groupes extrémistes venus semer la pagaille. Il estime que la manifestation a échappé aux organisateurs.

Braves casseurs
Christine Boutin en rajoute même sur Facebook: après s'être posée en victime des fameux gaz lacrymogènes, elle tweete une photo de manifestants inoffensifs, à savoir des personnes âgées touchées aux yeux par les gaz irritants. "Voilà les casseurs d'hier. Honte au gouvernement!", ironise-t-elle.

Tous dans les vappes!
Mais ce qui aura déclenché le plus d'ironie et aura fait le bonheur de Facebook, Twitter et autres micro-blogs, c'est le fameux évanouissement de l'ancienne ministre. Une flopée de clichés imitant ceux d'une Christine Boutin évanouie ont fleuri sur le web. Au bureau, dans la rue, entre amis, "tout le monde" se prend en photo la main sur le front et feignant le malaise. Mieux, le meilleur de cet évanouissement collégial a été compilé dans un tumblr intitulé #Jouelacommeboutin.

L'Origine du monde: enfin la clé
On y retrouve également des montages photo et une excellente comparaison avec le fameux tableau "L'Origine du monde" de Courbet. Enfin le vrai visage de la muse du peintre? Un mystère passionnant mais qui déchaîne actuellement moins la toile que de savoir si Christine Boutin a, oui ou non, simulé l'évanouissement.

Boutin chipe le César de Cotillard
Pour certains, elle mérite le César de l'évanouissement, pour d'autres, sa prestation rappelle la fabuleuse "mort" de Marion Cotillard dans Batman, elle aussi sujette à moult imitations et moqueries. Et parmi les arguments de ceux qui doutent de la mésaventure de Christine Boutin, on en trouve un de poids: les gaz lacrymogènes ont été diffusés par la police à 800m de l'endroit où Christine Boutin a perdu connaissance.

"Ca va péter", dixit Boutin
Commentant sur RFI la "manif pour tous" à laquelle elle a participé dimanche, l'ex-ministre s'est dite persuadée que le gouvernement "a été débordé, parce qu'ils n'imaginaient pas une telle mobilisation". "Les gens s'estiment pas pris en considération, ridiculisés, et ils ne supportent plus. Je dis: 'président, faites attention, ça va péter'", a-t-elle mis en garde.

Retrait du texte?
Cela augure-t-il de futures manifestations moins calmes? "C'est une certitude", selon elle. Ce sont "de braves gens", "des gens dont on n'entend jamais parler et ils sont exaspérés par ce président qui ne les écoute pas", a insisté l'ancienne ministre du Logement. "Ca va se cristalliser", a-t-elle prédit. "Politiquement, les choses sont en train de s'agréger". "Monsieur le président de la République, prenez des décisions".

"J'espère", a encore lancé Mme Boutin, "que jeudi, il va annoncer qu'il retire ce texte", adopté à l'Assemblée nationale et qui arrive au Sénat. Jeudi, le chef de l'Etat intervient sur France 2 dans une émission spéciale.


  1. Un camion force le passage parmi les manifestants à Minneapolis
    Play

    Un camion force le passage parmi les manifes­tants à Minneapo­lis

    Un camion-citerne a tenté dimanche de se forcer un passage au milieu d'un cortège de milliers de manifestants sur un pont du centre de Minneapolis, dans le Minnesota, forçant l'intervention massive des forces de l'ordre. "A priori aucun manifestant n'a été blessé", selon un communiqué de la police locale qui parle d'un incident "très dérangeant". Le chauffeur du camion a été blessé, sans que sa vie soit en danger. Il a été conduit à l'hôpital et placé en état d'arrestation.
  2. Trump emmené dans un bunker face à la manifestation sous tension
    Play

    Trump emmené dans un bunker face à la manifesta­ti­on sous tension

    Le président américain Donald Trump a été brièvement placé dans un bunker souterrain vendredi soir alors que les manifestants se réunissaient devant la Maison-Blanche pour réclamer la justice après la mort du quadragénaire afro-américain George Floyd suite à son interpellation à Minneapolis, indiquent lundi les médias outre-Atlantique sur base de sources officielles anonymes, évoquant l’une des alertes les plus élevées depuis le 11 septembre 2001.
  3. Michael Jordan et Lewis Hamilton s’engagent eux aussi contre le racisme

    Michael Jordan et Lewis Hamilton s’engagent eux aussi contre le racisme

    L'ancienne superstar américaine du basket Michael Jordan et le sextuple champion du monde de F1 Lewis Hamilton se sont joints dimanche aux sportifs qui, à travers le monde, ont déploré la mort d'un homme noir lors de son interpellation aux États-Unis qui a entraîné des dizaines de manifestations dégénérant parfois en émeutes. Le pilote britannique a lui dénoncé le silence des "plus grandes stars" de la F1 "dominée par les blancs".