Carlos Ghosn, lors de sa conférence de presse, à Beyrouth, au Liban le 8 janvier 2020.
Plein écran
Carlos Ghosn, lors de sa conférence de presse, à Beyrouth, au Liban le 8 janvier 2020. © REUTERS

Carlos Ghosn veut poursuivre Renault pour ses indemnités de retraite

“Ma démission était une farce” a déclaré au Figaro l’ancien patron du constructeur français.

Depuis le Liban où il a fui la justice japonaise, Carlos Ghosn a exprimé son souhait de contester sa démission du poste de directeur du groupe. “Je réclame mes droits à la retraite, ainsi qu’à tous les droits qui me sont acquis”, a-t-il déclaré. L’enjeu est un versement de 770.000 euros par an. En outre, son indemnité de départ en retraite s’élèverait à 250.000 euros.

“Chacun connaît les conditions dans lesquelles j’ai dû quitter Renault: j’étais emprisonné. Mais il existe une justice en France”, a déclaré l’ancien dirigeant qui avait été emprisonné au Japon pour malversations financières présumées lors des tractations entre Renault et Nissan.