Le "Dar Malta" est particulièrement bien situé, juste en face de la Commission européenne, alors que d'autres grands États européens ne se permettent pas le quartier
Plein écran
Le "Dar Malta" est particulièrement bien situé, juste en face de la Commission européenne, alors que d'autres grands États européens ne se permettent pas le quartier © Google Earth

Ce bâtiment bruxellois situé face à la Commission européenne est-il un cheval de Troie chinois?

Situé, au plein cœur de Bruxelles, juste en face des bâtiments européens, le Dar Malta préoccupe les renseignements belges depuis des années, relate Le Monde. Ce bâtiment est soupçonné d’être truffé d’appareils d’espionnage installés par la Chine pour mettre les institutions européennes sur écoute. 

Le Dar Malta, bâtiment ultramoderne situé juste en face du QG de la Commission européenne, serait en réalité un poste d’observation européen caché du gouvernement chinois, avancent certaines sources. Mais l’immeuble, qui héberge non seulement la représentation maltaise à l’Europe, mais aussi l’ambassade de Malte en Belgique, jouit évidemment de l’inviolabilité diplomatique. Impossible donc pour les services de police et le gouvernement d’enquêter sur ce qu'il s’y passe vraiment. 

Lorsque Malte a intégré l’Union européenne en 2004, l'État a acquis ce bâtiment du quartier européen et l’a fait entièrement rénover en 2007. Une rénovation complète financée entièrement par... la Chine et qui comprenait chaque recoin de l’immeuble, dont seul le squelette en béton a été conservé. Pourvu de murs blindés et de vitres pare-balles, le siège de Malte est ultra sécurisé et muni de caméras et détecteurs de mouvements, entre autres technologies de pointe. 

Ce n’est pas tout: lorsque les services maltais ont intégré les lieux, la Chine les a entièrement meublés d’articles provenant directement de Chine, relate le Times of Malta. Des sources évoquées par le journal français Le Monde soulèvent par ailleurs qu’il est particulièrement singulier qu’un si petit État investisse dans la sorte dans l’immobilier à Bruxelles au lieu de tout simplement louer l’espace nécessaire, surtout dans un quartier où le mètre carré se monnaie à prix d'or. Même de grandes nations européennes sont logées à moins bonne enseigne dans la capitale belge. 

Tous ces éléments auraient suscité la curiosité de nos services de renseignements et la Sûreté de l'État aurait été initialement informée de manœuvres chinoises au Dar Malta via les services secrets britanniques. Le Monde a tenté d’interroger les Affaires étrangères belges à ce sujet, en vain. Alain Winants, qui était le patron de la Sûreté de l'État jusque 2014, leur aurait signalé les inquiétudes de ses services sur ces faits d’espionnage présumés il y a 10 ans. On ne sait pas ce que le gouvernement a fait de ces accusations. 

La rénovation a été financée par la Chine en 2007
Plein écran
La rénovation a été financée par la Chine en 2007 © Google Maps