"Ce livre est relié en peau humaine parcheminée"

Des tests ont permis de confirmer qu'un livre français datant du 19e siècle et entreposé à la bibliothèque de l'université de Harvard est relié par de la peau humaine, a annoncé la bibliothèque sur son blog.

L'université avait décidé de mener ces tests après la découverte d'une note dans le livre de l'auteur français Arsène Houssaye, intitulé "Des destinées de l'âme", qui laissait entendre que la couverture était faite à partir de la peau du corps d'une femme.

Les tests ont confirmé la nature de la couverture de l'ouvrage.

"Ce livre est relié en peau humaine parcheminée, c'est pour lui laisser tout son cachet qu'à dessein on n'y a point appliqué d'ornement", écrit l'auteur de la note, publiée sur le site de la bibliothèque. "En le regardant attentivement, on distingue facilement les pores de la peau."

Selon Bill Lane, directeur de la "Harvard Mass Spectrometry and Proteomics Resource Library", les tests ont d'abord permis de révéler que la couverture n'était pas faite de peau de mouton ou de chèvre, mais plus probablement de peau humaine ou de peau issue d'un primate. D'autres tests ont finalement conclu à la présence de peau humaine. "Les données analytiques, prises conjointement avec l'origine du livre 'Des destinées de l'âme', montrent qu'il est très peu probable que la source soit autre qu'humaine", ajoute-t-il.

  1. Top jobs européens: Ursula von der Leyen face au verdict du Parlement européen

    Top jobs européens: Ursula von der Leyen face au verdict du Parlement européen

    Deux semaines auront-elles suffi à Ursula von der Leyen pour convaincre les eurodéputés? Les élus vont décider mardi soir s'ils élisent ou non la ministre allemande à la tête de la Commission européenne lors d'un vote couperet, car il n'offre pas de seconde chance. L'attitude des élus eurosceptiques pourrait être déterminante. Ils pourraient faire pencher la balance en sa faveur mais ce soutien serait embarrassant pour la prochaine présidente de la Commission.
  2. Un “guérisseur” allemand ne devrait pas aller en prison suite aux décès de 3 patients dont une Belge

    Un “guérisseur” allemand ne devrait pas aller en prison suite aux décès de 3 patients dont une Belge

    Un tribunal de la ville allemande de Krefeld, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, a condamné lundi le "guérisseur" du cancer Klaus Ross, 62 ans, à deux ans de prison avec sursis. Celui dont le centre pour le traitement du cancer a été fermé il y a quelques années est tenu pour responsable de la mort de trois patients, dont une femme belge. Le ministère public allemand avait requis une peine de trois ans de prison.