Plein écran
. © Capture d'écran

“Ce n'est pas un héros”: cet homme qui a neutralisé le terroriste de Londres avait tué une jeune femme handicapée

Avant d'être abattu par la police, Usman Khan, l’auteur de l'attaque terroriste à Londres, a lui-même été spectaculairement maîtrisé par des civils loués en "héros" qui comptaient plusieurs condamnés dont un meurtrier en permission, selon les médias britanniques. James Ford avait été condamné en 2004 pour le meurtre d’Amanda Champion, une jeune fille handicapée de 21 ans

Porteur d’un engin explosif factice, Usman Khan a été abattu par la police après avoir été maîtrisé sur le pont enjambant la Tamise par de simples citoyens salués en “héros” au Royaume-Uni.

Sur des images diffusées par les réseaux sociaux et les médias, on voit l’un d’eux vider un extincteur sur le terroriste tandis qu’un autre, qui serait un cuisinier polonais travaillant au Fishmongers’ Hall, pointe vers lui une défense de narval, probablement prise dans le bâtiment qui renferme de nombreux objets anciens. Un autre intervenant, un policier en civil, sort de la mêlée après avoir pris le couteau de l’assaillant.

“Ce n’est pas un héros, c’est un meurtrier de sang-froid”

D’après l’agence PA, presque tous les “héros” étaient des condamnés invités à la conférence à laquelle participait aussi Usman Khan. Dont James Ford, condamné en 2004 à la perpétuité avec un minimum de 15 ans d’emprisonnement pour avoir égorgé Amanda Champion, une jeune femme handicapée de 21 ans.

James Ford venait d’être libéré, chose qu’ignorait totalement la famille d’Amanda Champion, laquelle a exprimé sa colère au Daily Mail. “Ce n’est pas un héros, c’est un meurtrier de sang-froid. Il a assassiné une fille handicapée. Il n’est pas un héros, absolument pas”, a déclaré la tante de la victime.

En 2003, James Ford avait étranglé Amanda Champion, qui avait 15 ans d’âge mental,  avant de lui trancher la gorge et d’abandonner son corps dans les bois. Au moment de sa condamnation, un juge lui avait déclaré: “Vous avez clairement un intérêt pour le macabre et une obsession de la mort.”