Le confinement selon les Californiens: Venice Beach, le 21 mars 2020.
Plein écran
Le confinement selon les Californiens: Venice Beach, le 21 mars 2020. © AP

Ce que vous ne savez peut-être pas sur ce qui se joue aux États-Unis

BlogNotre journaliste Déborah Laurent est installée en Californie une grande partie de l’année. L’occasion pour 7sur7 de vous fournir l’information la plus rapide et la plus complète possible (merci le décalage horaire!). Et l’occasion pour elle de constater les différences culturelles impressionnantes avec notre plat pays et d’apprendre à vivre en famille loin de tous. Elle en parle sur son blog personnel Sea You Son (et sur Instagram iciFacebook ici et YouTube ici). Nous vous proposerons chaque mardi l’un de ses articles de blog ici.

Le coronavirus a mis une grande partie des États-Unis à l’arrêt. Les touristes ont dû annuler leur road trip, les vacances de Pâques ne ressembleront à aucune autre. La seule habitude qui perdure: le soleil qui brille de plus en plus haut dans le ciel, comme le veut la saison. Palm Springs, où je vis, était en état d’urgence avant même la Californie. L’endroit est particulièrement à risque: les personnes âgées sont nombreuses dans la région.

Donald Trump a fait fermer les frontières jusqu’à la mi-avril. Il a répété l’importance de la distance entre les individus et près de la moitié des États américains ont instauré le confinement… Mais sans pour autant réussir à le faire respecter. En Californie, au lendemain de l’annonce du confinement obligatoire, les plages étaient bondées. Ce qui fait craindre, à juste titre, que l’Amérique devienne d’ici peu le nouvel épicentre du coronavirus.

Huntington Beach, le 20 mars.
Plein écran
Huntington Beach, le 20 mars. © AFP

Mais comment en vouloir aux Américains de réagir comme si de rien n’était? Difficile de fermer tous les commerces aux États-Unis à cause du coronavirus. L’Amérique propose une assurance chômage mais il faut remplir un tas de critères très précis pour y avoir recours. Généralement, quand on ne va pas travailler, on n’a pas d’argent. C’est aussi simple que ça. Des aides du gouvernement sont envisagées actuellement mais l’aide temporaire ne remplacera jamais un salaire complet.

Huntington Beach, le 20 mars.
Plein écran
Huntington Beach, le 20 mars. © AFP

Dimanche, Donald Trump déclarait qu’on ne pouvait pas laisser le remède être pire que le problème lui-même. Ce mardi, il expliquait à la Fox qu’il avait l’intention de “rouvrir” le pays d’ici deux semaines, pour les vacances de Pâques, et ce, malgré l’avis contraire des experts de la santé.

Mes amis américains sont obligés d’aller travailler parce qu’ils travaillent dans le domaine de la santé et qu’ils sont considérés comme « business essentiels » à la vie quotidienne. Leurs enfants de 7 et 10 ans sont seuls à la maison depuis que l’école a fermé. “Ça ne devrait pas arriver”, m’a dit mon amie qui regrettait de ne pas avoir le choix. Elle ne l’a, en effet, vraiment pas.

Lisez la suite dans l’article ici: je vous explique pourquoi la fermeture des écoles est bien plus dramatique ici que chez nous.