Plein écran
Dans le clip de trente secondes, Claire Malcomson apparaît furtivement en tenue SM, une cravache à la main © Youtube (capture d'écran)

Cette politicienne britannique n’aurait jamais dû tourner cette pub belge coquine

Claire Malcomson était promise à un bel avenir en politique au Royaume-Uni. Mais la candidate qui pouvait prétendre au poste de Tim Walker, démissionnaire chez les libéraux-démocrates, voit ses chances réduite par un vieux job pour la télévision... belge.

La publicité n’était pas vraiment érotique, mais suffisamment osée pour donner du grain à moudre à ses adversaires politiques. Claire Malcomson risque aujourd’hui de faire les frais d’une publicité tournée en 2014 et destinée au public belge mais repêchée par les médias britanniques. Dans le spot télévisé pour les casinos en ligne 777, l’ancienne actrice et chanteuse à mi-temps incarnait le rôle d’une femme dont le mari rejette les avances d’une serveuse qui flirte avec lui, car il lui préfère sa femme pour ses talents cachés... et un amour partagé pour le casino. 

Rien de bien méchant, se défend aujourd’hui Claire Malcomson, entretemps reconvertie dans la politique et qui se voit rattrapée par cette brève apparition télévisée en combinaison en latex et porte-jarretelles, cravache à la main. Mieux, elle estime que ce type de réclame illustre bien la liberté individuelle: “C’est que vous êtes censé pouvoir faire dans une société libérale”, argumente la candidate. 

Interrogée par le journal Kent Online sur cette pub de 30 secondes par ailleurs oubliée par tous les téléspectateurs belges, elle lève les yeux au ciel: “Il n’y avait rien d’osé à cela. Je pense que le problème, c’est la manière dont les gens voient les choses. Je suis entièrement habillée, je porte même des bas. Si vous ne pouvez même plus faire des choses comme celles-là... C’était humoristique”. 

La mère célibataire de quatre enfants, actuellement conseillère provinciale à Dorking, dans le comté de Surrey, assume donc mais ajoute cependant qu’elle ne rejouera pas dans un tel exercice afin de ne plus hypothéquer sa crédibilité en tant que politicienne.