Plein écran
© ap

Christophe Dettinger, "le boxeur des gilets jaunes": "C'est pénible, c'est le prix à payer"

UpdateL'ex-boxeur Christophe Dettinger, condamné à un an de prison ferme, aménageable en semi-liberté, et 18 mois de sursis avec mise à l'épreuve pour avoir frappé deux gendarmes lors de l'acte 8 des "gilets jaunes", est sorti de prison mercredi, a constaté un photographe de l'AFP.

Plein écran
© belga

Incarcéré jusqu'alors à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne), il pourra reprendre un emploi en journée, mais "ses horaires sont très stricts puisqu'il doit regagner le centre de semi-liberté de Corbeil-Essonnes juste après son travail", avait indiqué mardi à l'AFP Me Laurence Léger.

Christophe Dettinger enregistrera probablement "une vidéo lui-même qui sera mise en ligne ultérieurement" pour remercier ceux qui l'ont soutenu, a-t-elle ajouté.

"J'accepte cette peine"

Plein écran
© belga

En attendant,  l'ancien boxeur a accepté de s'exprimer face aux journalistes. "J'aurais un mot à dire avec tout le respect que j'ai pour vous. 99% des gens qui sont en ce moment 'gilets jaunes', sont honnêtes, sincères et ils ont faim. Maintenant il reste 1%. Moins d'1% des actes qui sont commis, comme le mien, qui doivent être punis, jugés, à l'instar des débordements qu'il y a pu avoir cette semaine encore", a commenté Christophe Dettinger au micro de RTL France.

Le trentenaire s'est également confié à BFMTV. "J'ai toujours une peine à faire, c'est toujours pénible, je n'ai pas été libéré comme ça. Maintenant c'est le prix à payer. J'accepte cette peine"

Plein écran
© reuters

Condamnation

Christophe Dettinger, 37 ans, a été condamné mercredi dernier pour avoir frappé un gendarme au sol, puis avoir asséné une série de coups de poing à un gendarme sur une passerelle surplombant la Seine le 5 janvier lors de l'acte 8 des "gilets jaunes". 

Condamnation
Pendant son procès, l'ancien boxeur avait dit regretter son geste. Le tribunal correctionnel l'a également condamné à une interdiction de séjour à Paris pendant six mois et à indemniser ses victimes respectivement à hauteur de 2.000 et 3.000 euros.

Plein écran
© epa