Plein écran
© EPA

Colis piégé à Lyon: la police diffuse de nouvelles photos du suspect, toujours en fuite

Mise à jourLa police française a diffusé sur Twitter de nouvelles photos du suspect de l’explosion au colis piégé survenue à Lyon.

La police a diffusé samedi sur Twitter de nouvelles photos du principal suspect dans l’explosion d’un colis piégé, qui a fait 13 blessés légers vendredi à Lyon, un trentenaire activement recherché et dont les motivations restent inconnues. Sur ces deux nouveaux clichés, on distingue un homme roulant à vélo. Selon le signalement diffusé par la police, cet homme est vêtu d’un haut vert foncé à manches retroussées et d’un bermuda clair et porte un sac à dos sombre. 

“Tous les moyens mis en oeuvre”

“Tous les moyens” sont “mis en oeuvre pour parvenir rapidement à l’identification et à l’interpellation de l’auteur des faits”, a auparavant annoncé devant la presse à Lyon le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, précisant que l’attaque n’avait pas été revendiquée à ce stade.

Bilan de 13 blessés

Le bilan officiel fait état de 13 personnes - neuf femmes dont une enfant de dix ans et quatre hommes - blessées, dont 11 ont été hospitalisées. Certaines ont dû “subir une intervention chirurgicale, afin d’extraire des éclats”, selon le procureur.

De nombreux témoignages

Dans le cadre de l’enquête, “plusieurs dizaines” de témoignages “sont en cours d’exploitation”, a-t-il ajouté, alors que des sources proches du dossier ont révélé à l’AFP qu’un ADN non encore identifié avait été isolé sur le colis piégé. Cet ADN n’est pas répertorié au Fichier national des empreintes génétiques (FNAEG), a précisé une source proche du dossier, confirmant une information du Progrès.

Un acte terroriste? “Trop tôt”

C’est la section antiterroriste du parquet de Paris qui a ouvert l’enquête pour “tentative d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle”. Toutefois, la garde des Sceaux Nicole Belloubet a souligné vendredi soir qu’il était “trop tôt” pour évoquer “un acte terroriste”. Dans une première réaction vendredi, Emmanuel Macron avait évoqué “une attaque”, mais un tweet envoyé plus tard était plus prudent, déplorant simplement “la violence qui s’est abattue” sur les Lyonnais.

Plein écran
© EPA
Plein écran
© AP
Plein écran
© REUTERS
Plein écran
© REUTERS