Hillary Clinton s’inquiète de la gestion par Donald Trump de la crise du coronavirus.
Plein écran
Hillary Clinton s’inquiète de la gestion par Donald Trump de la crise du coronavirus. © afp

Coronavirus: le tacle assassin d’Hillary Clinton sur Donald Trump

Alors que l’Amérique pourrait bientôt devenir le nouvel épicentre de la pandémie de Covid-19, Donald Trump semble toujours minimiser les dangers de cette crise sanitaire. Ce qui a le don d’irriter Hillary Clinton, qui a descendu le président américain en une petite phrase sur Twitter.

Le nombre de personnes infectées par le nouveau coronavirus explose aux États-Unis. Il y a quelques jours à peine, le pays comptait officiellement quelques milliers de patients infectés par le Covid-19. La situation a bien changé depuis et le pays dénombrait ce mardi 54.000 cas officiels, de New York à Los Angeles. Une véritable bombe à retardement.

Une aggravation de la situation qui fait croire à l’OMS que l’Amérique pourrait bientôt dépasser l’Europe en nombre de cas, et ce alors que le président Trump n’a eu de cesse de critiquer l’Union européenne, l’une de ses cibles favorites, pour sa gestion de la crise. 

Trump veut vite relancer la machine

D’ailleurs, depuis le début de l’épidémie qui a démarré à la fin de l’année dernière en Chine, le président américain (comme d’autres dirigeants, il est vrai) n’a jamais vraiment pris la mesure du danger que représente ce nouveau coronavirus. Alors que des mesures ont enfin été prises par l’Oncle Sam ces derniers jours, le pensionnaire de la Maison Blanche a exprimé des doutes sur ces restrictions pas plus tard que ce lundi. Donald Trump a ainsi déploré leur impact sur l'économie américaine et a laissé entendre qu’il pourrait aller vers un assouplissement, faisant ainsi fi des recommandations des autorités sanitaires et scientifiques de son pays. Il faut dire qu’une récession serait catastrophique pour le New-yorkais, lui qui mise presque intégralement sur la bonne santé économique américaine pour se faire réélire en novembre prochain.

Si plusieurs gouverneurs, en particulier ceux de Californie et de New York, ont opté pour le confinement, le président a exclu de placer l’ensemble des États-Unis sous ce régime. “Je ne pense pas que nous jugerons cela nécessaire un jour”, déclarait-il vendredi.

Quand Trump regardait une éclipse solaire à l’oeil nu

Sa gestion de la crise commence à en inquiéter plus d’un outre-Atlantique, à commencer par son ancienne rivale Hillary Clinton. Sur Twitter, la démocrate a supplié les Américains de ne pas écouter les propos de leur président, rappelant que celui-ci avait même du mal à respecter quelques conseils médicaux basiques, comme le fait de ne pas regarder une éclipse à l'œil nu...

“Je vous en prie, n’écoutez pas les conseils médicaux provenant d’un homme qui regarde les éclipses solaires à l'œil nu”, a ironisé l’ancienne secrétaire d'État. Pour rappel, Donald Trump avait brièvement observé la “Grande éclipse” solaire totale d’août 2017 sans ses lunettes de protection avant que quelqu’un ne lui crie de les remettre.

Donald Trump avait brièvement observé la “Grande éclipse” solaire totale d’août 2017 sans ses lunettes de protection avant que quelqu’un ne lui crie de les remettre.
Plein écran
Donald Trump avait brièvement observé la “Grande éclipse” solaire totale d’août 2017 sans ses lunettes de protection avant que quelqu’un ne lui crie de les remettre. © photo_news
  1. Le dérapage du préfet de police de Paris: “Les patients en réanimation n’ont pas respecté le confinement”
    Play

    Le dérapage du préfet de police de Paris: “Les patients en réanimati­on n’ont pas respecté le confine­ment”

    Ce vendredi, le préfet de police de Paris a tenu un point presse à l’aube du début des vacances de Pâques. Mais lors de son intervention, Didier Lallement a tenu des propos chocs en estimant que les personnes hospitalisées en réanimation aujourd'hui étaient celles qui n’avaient pas respecté le confinement. Quelques heures plus tard, face à la polémique, il a regretté ses propos dans un communiqué.