Plein écran
Mohammad Javad Zarif à Oslo, le 22 août 2019. © EPA

Coup de tonnerre au G7: le ministre iranien des Affaires étrangères débarque à Biarritz

Emmanuel Macron a créé la surprise dimanche en invitant à Biarritz, où il accueille le G7, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif, pour discuter du nucléaire iranien avec son homologue français Jean-Yves Le Drian.

“Nous confirmons la présence de Mohammad Javad Zarif à Biarritz, il s’entretient actuellement avec Jean-Yves Le Drian”, a confirmé l’Elysée, peu après l’atterrissage surprise de l’avion officiel iranien, véritable coup de théâtre de ce sommet.

“Aucune rencontre (de M. Zarif) n’est prévue à ce stade avec les Américains” présents à ce sommet du G7 dans le sud-ouest de la France, dont Donald Trump, a précisé la présidence française, indiquant que cette visite avait lieu à l’initiative de Paris et non du G7.

Donald Trump avait cependant été informé de l’arrivée du chef de la diplomatie iranienne, a indiqué implicitement une source diplomatique française. “Le président s’est entretenu deux heures avec Donald Trump à déjeuner samedi. Nous travaillons en pleine transparence avec les Etats-Unis. Et le président a eu des conversations avec tous les leaders du G7. Evidemment l’information circule”, ajoute cette source

La décision d’inviter M. Zarif sur le lieu du G7, deux jours après l’avoir reçu à l’Elysée vendredi, “s’inscrit dans la continuité de ce qu’Emmanuel Macron a fait depuis plusieurs mois : créer les conditions pour une désescalade, discuter de ce qui doit venir après l’expiration de l’accord sur le nucléaire iranien et parler du programme balistique de lIran”, a précisé cette source.

Elle prolonge le travail diplomatique du président français “avec les Iraniens et les Américains depuis plusieurs mois, puisque le président parle à Donald Trump et Hassan Rohani”.

“Javad Zarif vient à Biarritz en raison des conversations très substantielles avec les leaders du G7 samedi soir. Sur ces bases il est très important de faire le point pour continuer de converger” et étudier les moyens d’une désescalade, conclut le diplomate français, précisant que l’invitation avait été décidée à l’issue du dîner samedi soir.