Couvre-feu décrété à Santiago
Plein écran
Couvre-feu décrété à Santiago © AFP

Couvre-feu total décrété à Santiago au Chili

Mise à jourDes affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont à nouveau éclaté samedi dans l'agglomération de Santiago, au lendemain de la déclaration par le gouvernement d'un "état d'urgence" dans la capitale chilienne. Le couvre-feu total y a été décrété.

Couvre-feu décrété à Santiago
Plein écran
Couvre-feu décrété à Santiago © AFP
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro.
Plein écran
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro. © AP

Un concert de casseroles déclenché par des milliers de personnes, dans le cadre des protestations contre l'augmentation des prix des transports, a rapidement dégénéré en affrontements entre des personnes masquées et les forces spéciales de la police et de l'armée. Des affrontements ont été signalés sur la place d'Italie, près du siège du gouvernement et dans la ville de Puente Alto, dans la banlieue sud de la capitale. 

Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro.
Plein écran
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro. © REUTERS

Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro.

Sebastian Pinera
Plein écran
Sebastian Pinera © EPA

Des militaires patrouillaient samedi dans les rues de la capitale. En dépit de l'état d'urgence, des milliers de personnes sont redescendues samedi dans les rues à Santiago et dans d'autres villes du Chili pour y faire résonner des casseroles, reprenant un mode de contestation apparu au Chili dans les années 1970, après le coup d'Etat mené par le général Augusto Pinochet en septembre 1973.

Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro.
Plein écran
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro. © AFP
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro.
Plein écran
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro. © AFP

Des milliers de personnes hostiles au gouvernement de droite ont aussi été signalées dans des grandes villes comme Valparaiso et Viña del Mar, sans qu'aucun désordre majeur n'y soit cependant signalé dans l'immédiat.

Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro.
Plein écran
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro. © AFP
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro. Un immeuble a été brûlé
Plein écran
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro. Un immeuble a été brûlé © AFP
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro.
Plein écran
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro. © REUTERS
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro.
Plein écran
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro. © AFP
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro.
Plein écran
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro. © AFP
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro.
Plein écran
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro. © AFP
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro.
Plein écran
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro. © REUTERS
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro.
Plein écran
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro. © REUTERS
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro.
Plein écran
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro. © AFP
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro.
Plein écran
Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro. © AFP
  1. Christian Brückner épiait-il Maddie? Le même “blond suspect” repéré quatre fois près de la résidence

    Christian Brückner épiait-il Maddie? Le même “blond suspect” repéré quatre fois près de la résidence

    Christian Brückner, le nouveau suspect principal de l’enquête sur la disparition Madeleine McCann, a probablement épié durant plusieurs jours l’appartement occupé par la famille McCann à l’Ocean Club de Praia da Luz, dans l’Algarve. C’est en tout cas la conclusion de The Sun et du Daily Mail à la lecture des déclarations des différents témoins. Depuis la diffusion du portrait du suspect principal, les quotidiens britanniques, qui ont évidemment suivi le dossier Maddie depuis la première heure, voient en lui le fameux “blond louche” décrit par de nombreux témoins à l’époque de la disparition de la fillette en 2007. L’homme à l’attitude patibulaire n’avait jamais été retrouvé.
  2. Accord sur la réouverture des frontières intérieures de l’UE à partir du 15 juin, excepté en Espagne
    Mise à jour

    Accord sur la réouvertu­re des frontières intérieu­res de l’UE à partir du 15 juin, excepté en Espagne

    “Un accord a été conclu avec la plupart des pays de l’espace Schengen pour rouvrir les frontières intérieures (de l’UE) à partir du 15 juin”, a tweeté Pieter De Crem, ministre de l’Intérieur, à l’issue de la réunion de l’Union européenne. Seule l’Espagne n’ouvrira pas ses frontières avant le 1er juillet. ‘Il convient de s’informer via les Affaires étrangères pour obtenir les informations exactes par pays”, a-t-il également recommandé.