Un Cubain conduit sa voiture dans les rues de La Havane.
Plein écran
Un Cubain conduit sa voiture dans les rues de La Havane. © AP

Cuba brûle des pneus pour faire rouler ses voitures

Le gouvernement cubain a chargé une entreprise de ciment de Cienfuegos (centre) de brûler des milliers de pneus usagés afin de produire un "carburant alternatif" alors que l'île souffre depuis plusieurs mois de pénuries d'essence liées aux sanctions américaines.

"La livraison de pneus à l'entreprise Cementos Cienfuegos va croître de façon exponentielle dans les prochaines semaines, conformément à l'instruction directe donnée par le président de la République Miguel Diaz-Canel Bermudez", qui s'est rendu sur place la semaine dernière, explique lundi le journal officiel Granma.

L'île socialiste est confrontée depuis septembre à des pénuries de carburant dues aux sanctions américaines contre les navires chargés de pétrole du Venezuela, son principal fournisseur de brut. Washington espère ainsi forcer Cuba à renoncer à son soutien au gouvernement de Nicolas Maduro.

Le gouvernement cubain a donc dû mettre en place des mesures d'économie, en diminuant la fréquences des autobus et des trains, en réduisant les horaires de travail de certaines administrations et entreprises d'Etat ou encore en privilégiant la traction animale dans l'agriculture et le transport de certaines marchandises.

Selon l'un des responsables de l'usine de Cienfuegos, cette dernière brûle actuellement 130 à 150 pneus par jour, et l'objectif est d'arriver à 400 pneus quotidiens. Elle espère de cette façon réduire de 5% sa consommation de pétrole.

Cuba est confrontée depuis septembre à des pénuries de carburant dues aux sanctions américaines contre les navires chargés de pétrole du Venezuela, son principal fournisseur de brut. Washington espère ainsi forcer Cuba à renoncer à son soutien au gouvernement de Nicolas Maduro.
Plein écran
Cuba est confrontée depuis septembre à des pénuries de carburant dues aux sanctions américaines contre les navires chargés de pétrole du Venezuela, son principal fournisseur de brut. Washington espère ainsi forcer Cuba à renoncer à son soutien au gouvernement de Nicolas Maduro. © AFP
  1. Il meurt à 42 ans du coronavirus: “Je lui ai fait écouter la chanson de notre mariage via FaceTime et puis, c'était fini”
    Play

    Il meurt à 42 ans du coronavi­rus: “Je lui ai fait écouter la chanson de notre mariage via FaceTime et puis, c'était fini”

    Maura Lewinger a perdu son mari, Joe, du coronavirus à New York. Elle a raconté à CNN comment sa vie a basculé le week-end dernier. Maura a dû dire au revoir à l’amour de sa vie virtuellement, via un appel sur FaceTime. Parce que cet adieu était virtuel, Maura a du mal à comprendre que le pire est arrivé. “On ne voit personne, on pratique la distanciation sociale, ça me donne parfois juste l’impression qu’il est au travail.”