Le virologue Marc Van Ranst
Plein écran
Le virologue Marc Van Ranst © VTM

“De fortes chances” que le coronavirus frappe la Belgique, selon ce virologue

Selon le virologue Marc Van Ranst, interrogé par VTM Nieuws, “il y a de fortes chances que le coronavirus frappe également” la Belgique. “La situation est complètement différente par rapport au mois dernier, lorsque le virus n’avait fait que des victimes en Chine.”

Marc Van Ranst, virologue et épidémiologiste à la KUL, l’Université Catholique de Louvain (Flandre), estime que le danger de voir le coronavirus arrivé en Belgique est plus proche qu’il y a un mois, quand le virus s’était déclaré en Chine, dans la région de Wuhan: “Tout d’abord, la Chine se situe bien loin de la Belgique, et à ce moment-là, personne en Belgique n’avait été testé positif. À cette époque, il n’y avait aucune raison pour la population de s’inquiéter car il n’y avait aucune menace”.

“Le virus est maintenant actif en Italie. Notre gouvernement doit faire savoir à la population qu’il existe un plan B, et que lorsque le virus arrivera, il sera prêt à faire le maximum pour limiter le nombre de malades et de morts. Même si cela dépendra plus du virus que du gouvernement”, poursuit-il.

“C’était plus simple de contrôler toutes les personnes qui venaient de Chine: il y avait deux vols par semaine en provenance de Pékin, qui étaient sûrement à moitié remplis. Si l’un des passagers était malade, on pouvait parfaitement le détecter. Mais les touristes qui sont actuellement en Italie seront de retour d’ici la fin de la semaine. Ils reviennent en bus, en train, en voiture, en avion... Ce ne sera pas possible de tout contrôler. Ils sont trop nombreux. Vous ne pouvez pas arrêter tous ces gens à la frontière. C’est totalement impossible”, s’inquiète Marc Van Ranst.