Plein écran
© anp

Décision le 28 janvier sur le recours déposé par Leonarda

Un tribunal administratif rendra le 28 janvier sa décision concernant le recours déposé par la famille de Leonarda, la jeune collégienne rom dont l'expulsion vers le Kosovo le 9 octobre avait provoqué une vive émotion en France.

Lors d'une audience publique du tribunal administratif de Besançon (est), le rapporteur public a prôné mardi le rejet des requêtes déposées par la famille Dibrani pour obtenir un titre de séjour. L'audience s'est tenue en présence des avocats et de soutiens de Leonarda, mais en son absence et celle de sa famille, au Kosovo depuis leur expulsion.

Le rapporteur public a souligné que le tribunal n'avait à juger que de la légalité du refus de titre de séjour et de l'obligation de quitter le territoire français de la famille. Selon lui, "le couple vivait renfermé sur lui-même et ne sortait que pour obtenir diverses aides", la "volonté d'insertion professionnelle de M. Dibrani reste très, très, très relative et Mme (Gemilja) Dibrani ne parle pas français".

Lors de cette nouvelle audience, leur avocate, Me Brigitte Bertin devait faire valoir que six enfants du couple étaient nés en Italie et un en France, et non pas au Kosovo où ils ont été renvoyés, et mettre en avant le "droit essentiel" de scolarisation des enfants.

La mère de Leonarda, Gemilja Dibrani, dans un entretien téléphonique depuis Kosovska Mitrovica où la famille est logée depuis son arrivée au Kosovo, a affirmé que celle-ci traversait de graves difficultés et qu'elle recevait une aide alimentaire insuffisante. Un responsable local a pour sa part assuré que les Dibrani touchaient une aide de l'Etat kosovar, en plus du paiement de leur loyer.

La décision du tribunal administratif sera encore susceptible d'appel.

  1. Top jobs européens: Ursula von der Leyen face au verdict du Parlement européen

    Top jobs européens: Ursula von der Leyen face au verdict du Parlement européen

    Deux semaines auront-elles suffi à Ursula von der Leyen pour convaincre les eurodéputés? Les élus vont décider mardi soir s'ils élisent ou non la ministre allemande à la tête de la Commission européenne lors d'un vote couperet, car il n'offre pas de seconde chance. L'attitude des élus eurosceptiques pourrait être déterminante. Ils pourraient faire pencher la balance en sa faveur mais ce soutien serait embarrassant pour la prochaine présidente de la Commission.
  2. Un “guérisseur” allemand ne devrait pas aller en prison suite aux décès de 3 patients dont une Belge

    Un “guérisseur” allemand ne devrait pas aller en prison suite aux décès de 3 patients dont une Belge

    Un tribunal de la ville allemande de Krefeld, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, a condamné lundi le "guérisseur" du cancer Klaus Ross, 62 ans, à deux ans de prison avec sursis. Celui dont le centre pour le traitement du cancer a été fermé il y a quelques années est tenu pour responsable de la mort de trois patients, dont une femme belge. Le ministère public allemand avait requis une peine de trois ans de prison.