Plein écran
© AFP

Dennis sera l'une des pires tempêtes jamais vues au Royaume-Uni, plus de cent vols annulés

À partir de ce soir, des rafales de 80 à 100 kilomètres à l’heure sont attendues en Belgique. Au Royaume-Uni, on annonce la “tempête la plus forte de tous les temps”. 

Pour le deuxième week-end consécutif, le Royaume-Uni fait face à une violente tempête. Des rafales pouvant atteindre 110 kilomètres à l’heure sont prévues et de fortes pluies sont attendues. On s’attend à des records de précipitations. 

Des centaines de vols annulés en en Grande-Bretagne

Les vols annulés concernent des dizaines de milliers de passagers. Easyjet et British Airways sont parmi les compagnies. La tempête Dennis pourrait également provoquer des perturbations dans les transports ferroviaires, routiers et électriques. L’armée a été déployée dans différents endroits.

La semaine dernière, la tempête Ciara a causé beaucoup de dégâts dans le pays. Les météorologues estiment que Dennis est plus dangereux que Ciara. Dans certaines régions, la nouvelle tempête provoquerait en un ou deux jours autant de précipitations que celles qui se produisent normalement en un mois. Comme le sol est encore saturé en de nombreux endroits, les conséquences pourraient être plus graves selon les experts.

Le pire est à venir

Selon les météorologues, la tempête Dennis va se renforcer au cours de la journée de samedi et se déchaîner jusqu’à dimanche soir. Le Pays de Galles et le nord et le sud-ouest de l’Angleterre, en particulier, devront faire face à la tempête.

La Belgique épargnée

Le pays ne sera pas autant touché. À partir de cet après-midi, le vent sera fort avec des rafales de 80 à 100 kilomètres à l’heure maximum, mais Dennis ne sera pas aussi féroce que son prédécesseur Ciara. “A partir de 80 kilomètres à l’heure, les arbres peuvent bien sûr être renversés par le vent et cela peut avoir de graves conséquences”, explique le météorologue David Dehenauw. “Mais d’un point de vue météorologique, la tempête Dennis sera moins grave”.

  1. Un bourgmestre néerlandais prie les touristes belges de rester chez eux

    Un bourgme­stre néer­landais prie les touristes belges de rester chez eux

    Le bourgmestre de la commune néerlandaise de Hulst, située dans la province de Zélande, demande mardi aux touristes belges de rester à l'écart des polders de sa commune. Un grand nombre de Belges a traversé la frontière ces derniers jours pour des balades ou promenades à vélo. "Ce n'est pas autorisé", affirment en chœur les bourgmestres des communes belges de Beveren, Saint-Gilles-Waes et Stekene (Flandre orientale).