Un groupe de jeunes d'une ville du sud de l'Espagne a caillassé des ambulances transportant 28 personnes âgées atteintes du nouveau coronavirus.
Plein écran
Un groupe de jeunes d'une ville du sud de l'Espagne a caillassé des ambulances transportant 28 personnes âgées atteintes du nouveau coronavirus. © Photo News

Des ambulances transportant des malades du coronavirus caillassées

Un groupe de jeunes d'une ville du sud de l'Espagne a caillassé des ambulances transportant 28 personnes âgées atteintes du nouveau coronavirus vers une résidence où elles devaient être prises en charge, a indiqué la police nationale mercredi. 

Cet incident intervient alors que le bilan de la pandémie de Covid-19 en Espagne a dépassé mercredi celui de la Chine, avec 3.434 morts. 

"Plusieurs jeunes se sont rassemblés dans la ville (de La Linea de la Concepcion) pour empêcher l'arrivée du convoi d'ambulances qui amenait les personnes âgées", selon la police.

Ils ont lancé des pierres et insulté les ambulances à leur passage et ont mis une voiture en travers de la route pour empêcher leur passage, a ajouté la police qui a interpellé deux personnes de 32 et 25 ans.

Les personnes âgées étaient transférées dans une résidence de La Linea de la Concepcion pour y être prises en charge alors que leur maison de retraite dans une autre localité "était désinfectée" par les autorités, a précisé un porte-parole de la police.

"Les agents ont dû établir un périmètre autour de la résidence pour contrôler une groupe d'une cinquantaine de personnes", a ajouté la police, selon laquelle deux engins explosifs artisanaux ont été lancés sur les forces de l'ordre et des poubelles brûlées.

Ces jeunes ont "provoqué, menacé et insulté la police et ceux qui déplaçaient les malades", a dit le porte-parole à l'AFP.

Proche du territoire britannique de Gibraltar, La Line de la Concepcion est minée par un chômage très élevée et est une plaque tournante du trafic de drogue et de cigarettes.

"Il y a une ambiance tendue car ceux qui font des trafics illégaux de tabac ou de haschich ne peuvent rien faire, ne peuvent pas sortir de chez eux sans justification", a souligné le porte-parole de la police, alors que les Espagnols sont soumis depuis le 14 mars à un confinement strict. 

  1. Le dérapage du préfet de police de Paris: “Les patients en réanimation n’ont pas respecté le confinement”
    Play

    Le dérapage du préfet de police de Paris: “Les patients en réanimati­on n’ont pas respecté le confine­ment”

    Ce vendredi, le préfet de police de Paris a tenu un point presse à l’aube du début des vacances de Pâques. Mais lors de son intervention, Didier Lallement a tenu des propos chocs en estimant que les personnes hospitalisées en réanimation aujourd'hui étaient celles qui n’avaient pas respecté le confinement. Quelques heures plus tard, face à la polémique, il a regretté ses propos dans un communiqué.