Plein écran

Des feux rouges truqués pour multiplier les amendes

Des communes italiennes auraient trouvé un moyen astucieux de remplir leur caisses en multipliant les contraventions à la circulation grâce à des feux tricolores trafiqués, selon une enquête de justice révélée jeudi par des médias.

Une société de fabrication de feux tricolores nouvelle génération, des "T-Red" équipés de caméras, ainsi qu'une trentaine de communes de toute l'Italie sont impliqués dans cette fraude sur laquelle enquête le parquet de Milan.

Les appareils tricolores étaient trafiqués de telle sorte que le temps attribué au feu orange était réduit au minimum. Des milliers d'automobilistes étaient ainsi piégés par la caméra au beau milieu d'un carrefour sans avoir eu le temps d'achever leur manoeuvre avant le passage au feu rouge.

L'enquête est partie d'une plainte d'automobilistes victimes de ces feux diaboliques. Elle a abouti pour l'instant à la mise en examen de 21 personnes, soupçonnées de fraude et d'organisation de marchés truqués.

L'association de consommateurs Codacons a annoncé son intention d'engager une action pour obtenir le remboursement des contraventions indues. (belga)

  1. Gabriel, 14 ans, violemment interpellé après une tentative de vol: “Il risque de perdre un œil”
    France

    Gabriel, 14 ans, violemment interpellé après une tentative de vol: “Il risque de perdre un œil”

    Dans la nuit du 25 au 26 mai dernier, Gabriel, 14 ans, a été interpellé par les forces de l’ordre après avoir tenté de voler un scooter avec un ami à Bondy, près de Paris. Le flou demeure sur les conditions de l’arrestation, rapporte Le Parisien. Le jeune garçon souffre de plusieurs lésions au visage et “risque de perdre son œil” à cause d’une fracture de l’orbite. Il est actuellement soigné à l’hôpital Jean-Verdier de Bondy.
  2. L’histoire émouvante d’un Marine américain qui ne veut pas quitter son chien renifleur de bombes

    L’histoire émouvante d’un Marine américain qui ne veut pas quitter son chien renifleur de bombes

    Un Marine américain a fait équipe avec un chien renifleur de bombes pendant un an, à l’ambassade américaine de Kaboul. Leur déploiement s’arrête cette semaine, ils vont donc devoir se séparer. Richard Pickett-White ne peut se résoudre à quitter son berger malinois répondant au nom d’Abel. Il souhaite acheter le chien, afin qu’il puisse vivre avec lui mais l’entreprise de sécurité à qui il appartient a refusé.