Plein écran
© Getty, Twitter

Des gilets jaunes perturbent la soirée des "Molières 2019", France 2 coupe au montage

VideoLa soirée des Molières du théâtre français, lundi 13 mai, a été brièvement perturbée par l'irruption d'intermittents gilets jaunes sur scène. Une vingtaine d'entre eux sont arrivés au début de l'événement, interrompant l'humoriste belge et maître de cérémonie Alex Vizorek, pour dénoncer les coupes budgétaires pour la culture, sous les yeux du ministre Franck Riester.

La soirée des "Molières 2019" était diffusée sur France 2 en différé en deuxième partie de soirée. Durant la cérémonie, une vingtaine de gilets jaunes et intermittents ont débarqué sur scène pour interrompre le maître de cérémonie Alex Vizorek qui s'adressait à ce moment au ministre de la Culture, Franck Riester.

"Le Molière du déshonneur incontestablement et à l'unanimité du jury, il revient à M. Macron et son gouvernement. M. Franck Riester, nous vous remettons le Molière du déshonneur parce que vous participez à cette grande fête et en même temps, vous coupez partout dans le budget de la culture", a déclaré un des manifestants, en tenant une statuette de Molière arborant une écharpe jaune.

Introduits "par les toits"
"Techniciennes, techniciens et artistes présents ce soir, ne nous regardez pas, rejoignez-nous", a lancé une autre manifestante. Ces Gilets jaunes, qui portaient une banderole sur laquelle était écrit "droits au chômage pour tout.e.s", sont sortis en traversant la salle et en scandant des slogans hostiles au président Macron.

Ils s'étaient auparavant introduits "par les toits", a indiqué le président de la Nuit des Molières, Jean-Marc Dumontet, par ailleurs proche d'Emmanuel Macron. "Généralement, c'étaient les intermittents, on s'est dit pour Franck Riester, qu'est ce qu'on peut faire, on a dit intermittents et Gilets. C'était votre baptême", a plaisanté l'influent directeur de théâtres parisiens à l'adresse du ministre de la Culture.

A la fin de la soirée, Franck Riester a tweeté "La France est un pays de théâtre, une nation de spectacle", sans faire allusion aux Gilets jaunes et à leur intervention.

Des applaudissements et des sifflets
Dans la salle, des applaudissements (et aussi des sifflets) avaient fusé à plusieurs reprises pendant cette dernière. L'humoriste Blanche Gardin, récompensée ensuite par le Molière de l'humour pour la deuxième année consécutive, s'est notamment levée pour les applaudir. Début mai, des comédiennes comme Juliette Binoche ou Emmanuelle Béart, des écrivains comme Edouard Louis ou Annie Ernaux ainsi que 1.400 autres acteurs du monde de la culture ont apporté dans une tribune leur soutien au mouvement des gilets jaunes.

L'irruption des gilets jaunes sur scène n'a pas été diffusée sur France 2, qui retransmettait la cérémonie en différé. Par souci de "maîtrise de l'antenne", a indiqué la chaîne. "Les intermittents ont agi sans autorisation. Ils ont pu s'exprimer devant le ministre de la Culture mais ils ont pris en otage l'antenne", a indiqué une porte-parole à l'AFP.

Plein écran
© afp
  1. Le Rassemblement national, "cheval de Troie" de Trump et Poutine selon La République en Marche

    Le Rassemble­ment national, "cheval de Troie" de Trump et Poutine selon La République en Marche

    La majorité macroniste, menacée par le RN pour la victoire aux Européennes, sonne la charge à une semaine des européennes en France contre une extrême droite "cheval de Troie" des plans de Trump et Poutine pour affaiblir l'Europe. L'arrivée à Paris de Steve Bannon, ex-stratège de Donald Trump et soutien de Marine Le Pen, et le scandale aux accents russes qui a brisé samedi la coalition droite - extrême droite en Autriche ont fourni des munitions à la liste LREM-MoDem et au Premier ministre Edouard Philippe.