Des images de l'arrestation de Piotr Pavlenski dévoilées

Quatre jours après l’interpellation et la mise en garde à vue de Piotr Pavlenski, Paris Match dévoile des images de son arrestation dans la capitale française. On y aperçoit l'artiste russe maîtrisé par des policiers. 

Piotr Pavlenski arrêté à Paris le 15 février dernier
Plein écran
Piotr Pavlenski arrêté à Paris le 15 février dernier © Paris Match / Twitter @cavousf5

Fuite. Comment des images de l’arrestation de Piotr Pavlenski ont-elles pu être immortalisées par un journaliste? “Un bon photographe travaillant pour Paris Match fait bien son métier”, se contente de commenter Hervé Gattegno, directeur général de la rédaction du magazine, invité sur le plateau de “C à vous”. “Les photographes de Match sont des enquêteurs, à leur façon. Ils ne trouvent pas toujours. Cette fois, ils ont trouvé.” 

Pour rappel, l’artiste russe Piotr Pavlenski, qui revendique la diffusion d’une vidéo intime de Benjamin Griveaux, a été placé en garde à vue samedi dernier dans le cadre d’une enquête sur des violences commises le soir du 31 décembre. Une dispute aurait éclaté entre plusieurs personnes et l’artiste russe controversé se serait saisi d’un couteau dans la cuisine. Deux des invités ont été blessés avec ce couteau. 

L’avocat et essayiste Juan Branco, qui dit avoir “conseillé” M. Pavlenski sur les vidéos à l’origine du retrait de M. Griveaux, était également présent à cette soirée de réveillon.

L’artiste russe avait justifié la diffusion des vidéos attribuées à M. Griveaux en arguant qu’elles démontreraient “l”hypocrisie” de l’ex-candidat du parti présidentiel LREM à la mairie, qui aurait selon lui fait campagne en mettant en avant “les valeurs familiales traditionnelles”.

  1. Un bourgmestre néerlandais prie les touristes belges de rester chez eux

    Un bourgme­stre néer­landais prie les touristes belges de rester chez eux

    Le bourgmestre de la commune néerlandaise de Hulst, située dans la province de Zélande, demande mardi aux touristes belges de rester à l'écart des polders de sa commune. Un grand nombre de Belges a traversé la frontière ces derniers jours pour des balades ou promenades à vélo. "Ce n'est pas autorisé", affirment en chœur les bourgmestres des communes belges de Beveren, Saint-Gilles-Waes et Stekene (Flandre orientale).