Plein écran
Le conducteur agressé © Twitter

Des insultes homophobes contre un chauffeur de bus non-gréviste

À Vitry-Sur-Seine, au sud-est de Paris, les CRS ont dû intervenir pour protéger un conducteur de bus, qui se faisait agresser par des grévistes. La France entame aujourd’hui son huitième jour de grève contre la réforme des retraites proposée par le président Macron. 

La vidéo fait déjà le tour des réseaux sociaux. Un conducteur de bus de la RATP, le réseaux de transports en île-de-France, a été insulté lors de son départ du dépôt. Des grévistes, souvent équipés de dossards de la CGT, ont multiplié des insultes homophobes (“J’aime pas les suceurs de bite”, “sale pédé”, “enculé”). Le conducteur s’est finalement arrêté sur le bas-côté pour répondre aux insultes, avant que les forces de l’ordre n’interviennent.

Les faits se sont produits le mardi 10 décembre, vers les 8h00 du matin. La RATP a “fermement condamné ces agissements” et ajouté à des journalistes de la chaîne LCI que le conducteur “allait bien” et qu’il travaillait toujours. 

Des faits similaires

Une scène similaire s’est produite à La Garenne-Colombes, au nord-ouest de Paris. Un chauffeur de tram qui dégageait les rails de son tram s’est fait copieusement insulté: “T’as pas honte”, “chien”, “enculé”, “va bouffer la bite à Macron”, “je vais te casser la gueule”, “ça va boxer”. 

  1. Un pickpocket interpellé lors d'un concert avec 30 téléphones dans son short grâce à un tuyau de la police belge
    Play

    Un pickpocket interpellé lors d'un concert avec 30 téléphones dans son short grâce à un tuyau de la police belge

    Un trentenaire roumain, qui avait caché une trentaine de téléphones volés dans le short cycliste qu’il portait sous ses vêtements, a été arrêté mardi passé aux Pays-Bas, en marge d’un concert de Sum 41 dans la salle AFAS Live à Amsterdam, grâce à un tuyau de la police belge, suite au vol similaire d’une cinquantaine de téléphones lors d’un concert du même groupe canadien le 14 janvier à la Lotto Arena à Anvers.
  2. Une nouvelle demande de remise en liberté de Patrick Balkany rejetée

    Une nouvelle demande de remise en liberté de Patrick Balkany rejetée

    La cour d'appel de Paris a à nouveau rejeté lundi une demande de mise en liberté du maire de Levallois-Perret Patrick Balkany, 71 ans, une semaine avant l'ouverture de son procès en appel pour blanchiment aggravé. La cour a également rejeté une demande d'abaissement de la caution de 500.000 euros imposée à l'élu - actuellement incarcéré à la prison parisienne de la Santé - dans le cadre du contrôle judiciaire accordé après sa condamnation pour fraude fiscale.