Plein écran
© afp

Des milliers d'Espagnols manifestent pour "du pain, un travail, un toit"

Des milliers de personnes sont descendues samedi dans les rues de Madrid, Barcelone et d'autres villes en Espagne contre l'austérité et la misère dont ils accusent la classe politique "corrompue", ont constaté des journalistes de l'AFP.

"Du pain, un toit, un travail", lisait-on sur une grande banderole déployée par des manifestants près de la gare d'Atocha à Madrid d'où ils devaient rejoindre la place de la Puerta del Sol, dans le centre. "Si se puede, si se puede!" (Oui, c'est possible !), scandaient-ils, en écho au "Yes we can" de Barack Obama en 2008.

"C'est quoi cet oiseau ?" demandait une fillette en montrant du doigt un grand volatile fabriqué avec des sacs en plastique. "Un, corbeau, non, un vautour", répondait la mère. "Comme les politiques?", interrogeait la petite.

Le vautour, c'est Agustin Carretero qui le porte. A 41 ans, il a la chance d'avoir un travail au sein d'un service d'assistance clients. Pour lui, ce qui cloche, c'est plutôt le toit. Car pour beaucoup décrocher la trilogie "pain, travail et toit" reste compliqué.

Agustin Carretero, petit homme que tout le monde veut photographier avec son grand vautour planant au-dessus des manifestants, vit dans un appartement d'environ 50 mètres carrés avec deux enfants de six et huit ans.

Il paye un loyer d'environ 500 euros. Son logement, de type HLM, a été vendu à un promoteur et en 2018 il n'aura plus le choix: soit il l'achète 140.000 euros, soit il s'en va, raconte-t-il. Ils sont plus de 2.300 dans son cas.

Près de 24% des Espagnols sont encore au chômage, même si la croissance devrait atteindre 1,3% en 2014, "la plus forte croissance de la zone euro", selon le gouvernement.

"Ce que raconte le gouvernement c'est de la propagande. La crise se poursuit. On continue à imposer des coupes claires dans la santé, l'éducation (...) à privatiser l'enseignement", explique Carlos un autre manifestant de 48 ans. Pour cet administratif au chômage depuis un an et demi, en fin de droits dans cinq mois, les journées s'écoulent "entre CV et CV, dans le combat".

Pour les salariés, un tiers touche maximum 645 euros par mois. Sur 46,5 millions d'habitants plus de cinq ont été assistés par la Croix-Rouge, qui estime que 84% sont menacés par la pauvreté.







  1. Un camion force le passage parmi les manifestants à Minneapolis
    Play

    Un camion force le passage parmi les manifes­tants à Minneapo­lis

    Un camion-citerne a tenté dimanche de se forcer un passage au milieu d'un cortège de milliers de manifestants sur un pont du centre de Minneapolis, dans le Minnesota, forçant l'intervention massive des forces de l'ordre. "A priori aucun manifestant n'a été blessé", selon un communiqué de la police locale qui parle d'un incident "très dérangeant". Le chauffeur du camion a été blessé, sans que sa vie soit en danger. Il a été conduit à l'hôpital et placé en état d'arrestation.
  2. Trump emmené dans un bunker face à la manifestation sous tension
    Play

    Trump emmené dans un bunker face à la manifesta­ti­on sous tension

    Le président américain Donald Trump a été brièvement placé dans un bunker souterrain vendredi soir alors que les manifestants se réunissaient devant la Maison-Blanche pour réclamer la justice après la mort du quadragénaire afro-américain George Floyd suite à son interpellation à Minneapolis, indiquent lundi les médias outre-Atlantique sur base de sources officielles anonymes, évoquant l’une des alertes les plus élevées depuis le 11 septembre 2001.
  3. Michael Jordan et Lewis Hamilton s’engagent eux aussi contre le racisme

    Michael Jordan et Lewis Hamilton s’engagent eux aussi contre le racisme

    L'ancienne superstar américaine du basket Michael Jordan et le sextuple champion du monde de F1 Lewis Hamilton se sont joints dimanche aux sportifs qui, à travers le monde, ont déploré la mort d'un homme noir lors de son interpellation aux États-Unis qui a entraîné des dizaines de manifestations dégénérant parfois en émeutes. Le pilote britannique a lui dénoncé le silence des "plus grandes stars" de la F1 "dominée par les blancs".