Plein écran
© epa

Des milliers de fans de yoga fêtent l'été à Times Square

photosSelon une tradition bien établie, des milliers de fans de yoga se sont retrouvés lundi sur la célèbre place de Times Square à New York pour y célébrer le solstice d'été et le jour le plus long de l'année.

Plein écran
© reuters
Plein écran
© reuters
Plein écran
© afp

C'était la 14e édition de ce rassemblement annuel qui transforme le carrefour le plus animé de New York en cours de yoga géant en plein air, au milieu des voitures, des travaux et de la frénésie de la plus grande ville américaine.

Le premier cours a eu lieu à 05H00 du matin (09H00 GMT), le dernier à 19H30. Tous étaient gratuits, ouverts aux fans de tout niveau. La police était très présente. Des milliers de matelas de yoga avaient été distribués pour l'occasion, et les espaces piétons de Time Square en étaient couverts.

L'an dernier, la première journée internationale du yoga décrétée par l'ONU avait rassemblé quelque 17.000 personnes à Times Square le 21 juin. Cette année, 174 pays participent à cette journée internationale, dont la Belgique. A Bruxelles, pour la troisième année le Brussels Yoga Day a eu lieu dimanche au Bois de la Cambre.

Mardi, une consécration officielle aura lieu à Delhi, en Inde.

  1. Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recherchées par Europol

    Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recher­chées par Europol

    La criminelle quinquagénaire belge Hilde Van Hacker, en cavale avec son compagnon Jean-Claude Lacote après avoir tué un homme d’affaires britannique à la Côte en 1996, figure parmi les visages masqués mis en scène dans la nouvelle campagne “Crime has no gender” (soit “le crime n’a pas de sexe”) lancée vendredi par l’agence européenne de police criminelle Europol et visant à capturer les femmes les plus recherchées d’Europe. “Les gens pensent que d’habitude ces crimes ne sont pas commis par des femmes, mais ils le sont, et ils sont aussi graves que ceux commis par les hommes”, a commenté Tine Hollevoet, porte-parole d’Europol.