Plein écran
© Getty Images

Des touristes dans l’espace à partir de 2020

La Nasa a annoncé vendredi qu'elle autoriserait dès l'an prochain des touristes de l'espace et des entreprises à utiliser, contre paiement, la Station spatiale internationale (ISS), dont elle cherche à se désengager financièrement.

“La Nasa ouvre la Station spatiale internationale aux opportunités commerciales”, a annoncé Jeff DeWit, le directeur financier de l’agence spatiale américaine, à New York. “La Nasa autorisera jusqu’à deux missions courtes d’astronautes privés par an”, a précisé Robyn Gatens, une responsable de la Nasa gérant l’ISS. Soit des séjours jusqu’à 30 jours, a précisé la Nasa. Potentiellement, jusqu’à une douzaine d’astronautes privés pourraient ainsi séjourner à bord de l’ISS par an.

65 millions d’euros par aller-retour

Ces “astronautes privés” seront transportés exclusivement par les deux sociétés qui développent en ce moment des véhicules pour la Nasa: SpaceX, avec la capsule Crew Dragon, et Boeing, qui construit la capsule Starliner. Ces sociétés choisiront les clients et leur factureront le voyage, qui sera la partie la plus coûteuse de l’aventure: de l’ordre de 58 millions de dollars, soit 65 millions d’euros par aller-retour, qui est le tarif moyen qui sera facturé à la Nasa pour transporter ses astronautes.

Une nuit dans l’espace

Mais les touristes paieront la Nasa pour le séjour en orbite, pour la nourriture, l’eau et tout le système de support de la vie à bord. “Cela coûtera environ 35.000 dollars par nuit, par astronaute”, a dit Jeff DeWit.

L’ISS n’appartient pas à la Nasa: la station a été construite avec la Russie depuis 1998, et d’autres nations participent et envoient des astronautes. Mais les États-Unis détiennent et contrôlent la majorité des modules.

Ces touristes de l’espace ne seront pas les premiers: l’homme d’affaires américain Dennis Tito fut le premier, en 2001. Il avait payé la Russie environ 20 millions de dollars à l’époque.

  1. Jambon soulèvera "prudemment" la question des droits humains en Chine

    Jambon soulèvera "prudemment" la question des droits humains en Chine

    La mission économique actuellement menée en Chine n’échappe pas à son lot de critiques, certains la jugeant peu opportune alors que la tension ne fait qu’augmenter à Hong Kong. Le ministre-président flamand affirme avoir mis la question des droits humains à l’agenda lors de ses rencontres politiques avec les autorités chinoises. Cependant, il estime que la Flandre doit être consciente de son rang. “Pour pouvoir réellement faire une différence, il faut s’en remettre à l’Europe.”
  2. Perpétuité pour l'assassin d'une jeune touriste belge au Canada

    Perpétuité pour l'assassin d'une jeune touriste belge au Canada

    Sean McKenzie, un Canadien de 27 ans, a été condamné mardi à la prison à vie pour le viol et l'assassinat d’Amélie Sakkalis, une touriste belge de 28 ans, sauvagement tuée à l'été 2018 en Colombie britannique, rapporte le Vancouver Sun. L'homme, qui a reconnu les faits, est libérable à partir de 2042 mais restera vraisemblablement plus longtemps derrière les barreaux, celui-ci n'ayant jamais expliqué son geste.