Deux ans avec sursis requis contre Jacques de Groote

Le ministère public de la confédération (MPC) a requis lundi des peines de cinq ans de prison contre cinq Tchèques inculpés de blanchiment et d'escroquerie. Contre le Belge Jacques de Groote, ex-administrateur du Fonds monétaires international (FMI), lui aussi impliqué dans cette affaire, le MPC a requis une peine de deux ans de prison avec sursis et le paiement de 200 jours-amende à 1.000 francs suisses (809 euros). Tous sont accusés d'avoir détourné les actifs de la société minière tchèque MUS entre 1997 et 2003.