Plein écran
La Cité interdite, le 18 janvier 2020. © AP

Deux jeunes femmes choquent la Chine

Deux jeunes femmes prenant la pose devant un véhicule qui a pu circuler sans encombre à l'intérieur de la Cité interdite à Pékin provoquaient samedi la consternation des internautes alors que le site est habituellement un des mieux gardés du pays.

Située à proximité de l'immense place Tiananmen et vieille de six siècles, la Cité interdite est l'ancienne résidence des empereurs et l'un des lieux les plus emblématiques de la capitale chinoise. Le site, qui se targue d'avoir accueilli 19 millions de visiteurs l'an dernier, est uniquement accessible aux piétons.

Voiture de luxe

Mais lundi, jour habituel de fermeture, un luxueux véhicule a pu pénétrer à l'intérieur du vaste complexe impérial pour une visite privilégiée.

Des photos de deux jeunes femmes, lunettes de soleil sur le nez, immortalisant ce moment ont été postées sur le réseau social Weibo. Elles ont rapidement suscité l'ire des internautes et les clichés ont par la suite été supprimés.

Les dirigeants étrangers soumis aux mêmes règles

"Même les dirigeants étrangers doivent descendre de leur véhicule (pour visiter la Cité interdite), ils doivent être sans voix", faisait remarquer une certaine Maomao.

Un média officiel rappelait samedi que lors de la visite en Chine en 2013 de l'ancien président français François Hollande, ce dernier avait dû descendre de voiture et entrer à pied à la Cité interdite.

"Un tel comportement est blessant pour les citoyens", s'emportait un autre internaute au milieu de nombreuses réactions d'indignation sur les passe-droits dont certains en Chine peuvent bénéficier.

Des excuses officielles

La Cité interdite, qui célèbre cette année ses 600 ans, a dû présenter vendredi ses excuses et promis de faire la lumière sur cet incident.

Construite en l'espace de 14 ans, la Cité interdite a été achevée en 1420. Elle a abrité les empereurs des deux dernières dynasties chinoises, celles des Ming et des Qing, jusqu'au dernier d'entre eux, Puyi, un enfant de trois ans renversé par la révolution de 1911.