Plein écran
© DR

Disparition de Théo Hayez: son père est arrivé en Australie, les recherches se poursuivent

Le père de Théo Hayez, jeune Belge porté disparu en Australie depuis 15 jours, est arrivé à Byron Bay, station balnéaire où le jeune homme a été aperçu pour la dernière fois, a confirmé à Belga vendredi la porte-parole de la police régionale. Les policiers doivent informer les proches de l'avancée des recherches, qui devraient se poursuivre durant le weekend.

Le père du jeune disparu est arrivé en Australie et "coopère et assiste la police de toutes les manières qu'il soit", a indiqué Samantha Long, porte-parole de la police de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud vendredi. Les agents de police doivent rencontrer les membres de la famille pour les mettre à jour de l'avancée des recherches, a-t-elle ajouté. 

En ce moment, les recherches continuent à l'aide de chiens renifleurs et d'agents de police. Les détectives et inspecteurs "recherchent toutes les informations disponibles" et "passent en revue les images de caméras de surveillance".

35.000 euros récoltés

Les opérations pour retrouver le jeune Belge de 18 ans, disparu depuis le 31 mai, devraient se poursuivre au cours du weekend, a poursuivi la porte-parole. Elle n'était pas en mesure de commenter combien de temps les recherches seraient maintenues.

La communauté de Byron Bay reste très mobilisée pour continuer à assister les proches de Theo Hayez et les autorités dans leurs démarches. Une levée de fonds via la plateforme de financement participatif GoFundMe a déjà permis de récolter plus de 35.000 euros, somme qui doit contribuer à aider les proches de Théo Hayez à se rendre sur place.

  1. Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recherchées par Europol

    Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recher­chées par Europol

    La criminelle quinquagénaire belge Hilde Van Hacker, en cavale avec son compagnon Jean-Claude Lacote après avoir tué un homme d’affaires britannique à la Côte en 1996, figure parmi les visages masqués mis en scène dans la nouvelle campagne “Crime has no gender” (soit “le crime n’a pas de sexe”) lancée vendredi par l’agence européenne de police criminelle Europol et visant à capturer les femmes les plus recherchées d’Europe. “Les gens pensent que d’habitude ces crimes ne sont pas commis par des femmes, mais ils le sont, et ils sont aussi graves que ceux commis par les hommes”, a commenté Tine Hollevoet, porte-parole d’Europol.