Plein écran
© Capture d'écran BFMTV.

Échange tendu entre Juan Branco et Apolline de Malherbe sur BFM: le premier saisit le CSA

Affaire GriveauxJuan Branco, qui se présentait encore lundi comme l’avocat de Piotr Pavlenski, l’activiste russe qui a revendiqué la diffusion de vidéos intimes de Benjamin Griveaux, était l’invité d’Apolline de Malherbe hier matin sur BFMTV. L’échange entre la journaliste et l’auteur du pamphlet à succès “Crépuscule” a été très tendu. Ce dernier a saisi le CSA, dénonçant une interview “accusatoire”.

“Plus on vous entend, plus on se demande si Piotr Pavlenski n’est pas que l’exécutant et vous le manipulateur”. C’est ainsi que la journaliste a conclu cette interview très tendue qui a fait réagir des téléspectateurs français, certains allant jusqu’à effectuer un signalement au Conseil supérieur de l’Audiovisuel.

“La fin de l’interview constitue une forme d’accusation, et une atteinte très grave à la présomption d’innocence. Elle m’accuse d’être derrière cette affaire sans aucun élément de preuve. Et elle ferme l’interview là-dessus, donc elle m’interdit de répondre. C’est une accusation très grave portant sur la commission d’une infraction. Mon signalement porte surtout sur la fin de l’interview, mais la fin est éclairée par le reste de l’interview. C’était une interview accusatoire”, a fait valoir Juan Branco au Huffington Post. 

L’avocat et essayiste français, engagé très à gauche, est notamment connu pour avoir défendu le fondateur de Wikileaks Julian Assange. Il est également l’auteur du pamphlet anti-Macron à succès “Crépuscule”. 

Juan Branco a été prié de renoncer à défendre Piotr Pavlenski

Le bâtonnier de Paris a demandé à l’avocat de renoncer à défendre Piotr Pavlenski, en raison notamment de “l’absence de distance” entre l’avocat et les actions de son client, a annoncé mercredi le barreau dans un communiqué.

Me Branco avait dénoncé ce week-end une atteinte aux droits de la défense, expliquant que le parquet s’opposait à sa désignation comme avocat de l’artiste russe, mis en examen mardi pour la diffusion de vidéos à caractère sexuel de l’ex-candidat LREM à la mairie de Paris, tout comme sa compagne Alexandra de Taddeo.

L’avocat et essayiste avait dit avoir “conseillé” M. Pavlenski sur les vidéos à l’origine du retrait de M. Griveaux avant leur diffusion.

Procéduralement, le parquet ne peut pas s’opposer seul au choix d’un avocat mais il peut, lorsqu’il redoute un conflit d’intérêts, saisir le bâtonnier pour qu’il tranche la question.

Au cours de l’enquête déontologique annoncée lundi par le bâtonnier de Paris, Me Olivier Cousi, “il n’a pas été relevé de conflit d’intérêts avéré (...) pouvant être opposé à M. Juan Branco”, indique le communiqué.

“Toutefois, l’absence de distance manifestée par M. Juan Branco entre sa mission d’avocat et l’action reprochée à son client, ainsi que son absence de prudence lors de déclarations dans les médias l’exposaient à un risque de manquement aux principes essentiels, notamment d’indépendance et de prudence”, ajoute-t-il.

“Dans ces conditions, le bâtonnier a demandé à M. Juan Branco de renoncer à la défense de M. Pavlenski”, conclut-il.

C’est finalement Me Yassine Bouzrou qui a été désigné mardi pour assurer la défense de l’artiste russe de 35 ans..

  1. Un bourgmestre néerlandais prie les touristes belges de rester chez eux

    Un bourgme­stre néer­landais prie les touristes belges de rester chez eux

    Le bourgmestre de la commune néerlandaise de Hulst, située dans la province de Zélande, demande mardi aux touristes belges de rester à l'écart des polders de sa commune. Un grand nombre de Belges a traversé la frontière ces derniers jours pour des balades ou promenades à vélo. "Ce n'est pas autorisé", affirment en chœur les bourgmestres des communes belges de Beveren, Saint-Gilles-Waes et Stekene (Flandre orientale).
  2. La folle histoire d’un couple en lune de miel confiné sur une île aux Maldives

    La folle histoire d’un couple en lune de miel confiné sur une île aux Maldives

    Depuis le 22 mars dernier, Olivia et Raul de Freitas, un couple originaire d’Afrique du Sud, sont en lune de miel sur une île des Maldives. En pleine pandémie de coronavirus, les jeunes mariés n’ont pas pu rentrer dans leur pays, car leur avion a été annulé. Ils ont donc été coincés pendant plusieurs jours dans leur hôtel de luxe maldivien. Récit d’une folle histoire délivrée par le New York Times.