Plein écran
© afp

Échec des dernières analyses ADN dans l'affaire Grégory

UpdateUne tentative de la dernière chance d'élucider l'assassinat en 1984 du petit Grégory Villemin, l'une des plus grandes énigmes criminelles des dernières décennies en France, s'est soldée par un échec, a annoncé lundi la justice.

Plein écran
© afp
Plein écran
© afp

Le procureur général de la cour d'appel de Dijon (est) Jean-Marie Beney, en charge de cette enquête hors norme, a indiqué à l'AFP que la recherche ADN d'un cheveu retrouvé sur le pantalon de Grégory et celle sur des cordelettes ayant servi à entraver l'enfant ont donné des résultats "négatifs".

L'enquête sur l'assassinat de Grégory, 4 ans, dont le corps avait été retrouvé ligoté dans une rivière des Vosges (est) le 16 octobre 1984, avait été rouverte en décembre 2008 dans l'espoir que les progrès scientifiques puissent, grâce à des analyses génétiques, conduire au meurtrier du petit garçon.

Après plusieurs recherches infructueuses, la justice avait ordonné en octobre 2010 six nouvelles analyses, demandées par les parents, afin "d'aller au bout de ce qui est techniquement possible" pour résoudre l'énigme.

Les analyses du cheveu et des cordelettes étaient considérés comme les plus importantes parmi les six demandées. Trois autres avaient déjà donné des résultats négatifs.

Les résultats de la dernière - l'analyse de la voix enregistrée du "corbeau" qui harcelait la famille de l'enfant par des coups de téléphone anonymes, et déjà analysée par le passé - sont attendus pour "le printemps 2012", selon Me Thierry Moser, avocat de Jean-Marie et Christine Villemin, les parents de Grégory. (belga)