Plein écran
© AFP

Elizabeth II à Bruxelles pour empêcher un Brexit sans accord?

La Reine Elizabeth II pourrait être mandatée en urgence à Bruxelles pour empêcher un Brexit sans accord. Le scénario a toutes les apparences d'un poisson d'avril, mais selon la BBC, il est évoqué par certains Conservateurs britanniques par crainte que le prochain Premier ministre ne contourne le Parlement pour décrocher à tout prix la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

C'est l'émission "Newsnight" qui exposait ce scénario jeudi soir sur la BBC. Certains rebelles parmi les Tories ont tellement peur que Boris Johnson - favori pour succéder à Theresa May - ne passe outre l'opposition du Parlement à un divorce sans accord négocié qu'ils en sont venus à imaginer cette solution: le Parlement "demanderait humblement" à Elisabeth II de représenter le Royaume-Uni au sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des 28 à Bruxelles.

La tradition veut que la Reine reste à l'écart de l'arène politique. Mais dans ce scénario extrême, la souveraine de 93 ans irait en personne déposer à Bruxelles une nouvelle demande de report du Brexit au-delà de l'échéance actuelle du 31 octobre. 

L'émergence de ce scénario traduit sans doute moins une volonté réelle de faire monter The Queen dans l'Eurostar pour Bruxelles qu'une manière d'accentuer la pression sur les épaules du prochain Premier ministre, commentait la BBC.

Elle montre aussi la fébrilité du climat politique à Londres et la détermination de certains responsables politiques à éviter un no-deal.

Plus rationnellement, ce jeudi, les députés britanniques ont voté un amendement empêchant le prochain Premier ministre de suspendre le Parlement pour mettre en œuvre un Brexit sans accord sans que les parlementaires n'aient leur mot à dire. Un message clair à Boris Johnson, qui martèle depuis le début de sa campagne que le Royaume-Uni quittera l'Union le 31 octobre, accord ou pas.