Plein écran
© AP

Emmanuel Macron "fera le maximum" pour éviter une escalade entre les Etats-Unis et l’Iran

Le président français Emmanuel Macron a promis jeudi à Tokyo qu'il ferait "le maximum" dans les prochains jours pour "éviter une escalade militaire" entre l'Iran et les Etats-Unis. "On fera le maximum" pour que "personne ne commette l'irréparable", a-t-il déclaré à la presse au deuxième jour de sa visite au Japon. "Il est essentiel aujourd'hui que l'ensemble des acteurs diminuent la tension", a-t-il ajouté.

Il a précisé qu'il en parlerait vendredi, dans le cadre du sommet du G20 à Osaka, avec le président américain Donald Trump, afin de "tout faire pour éviter l'escalade de type militaire". M. Trump a évoqué mercredi la possibilité d'une guerre contre l'Iran "qui ne durerait pas très longtemps", des propos qui sonnaient comme un nouvel avertissement contre Téhéran.

Pour Emmanuel Macron, il faut aussi “maintenir la pression" sur l'Iran, notamment de la part des pays européens signataires de l'accord sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015. "J'ai eu le président (iranien Hassan) Rohani (au téléphone mardi) pour dire que toute sortie de l'accord sur le nucléaire serait une erreur et tout signal en ce sens serait une erreur", a déclaré le président français. Il a précisé que, selon les informations dont disposaient les autorités françaises, le drone américain abattu le 20 juin par l'Iran "était dans la zone internationale", et non au-dessus du territoire iranien comme l'a affirmé Téhéran.

Au contraire, le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolaï Patrouchev, a déclaré mardi que le drone américain avait été abattu dans l'espace aérien iranien et non pas dans l'espace aérien international comme l'assure Washington. “Je dispose d'informations du ministère russe de la Défense selon lesquelles ce drone se trouvait dans l'espace aérien iranien", a déclaré M. Patrouchev, cité par les agences de presse russes. "Nous n’avons pas vu de preuves du contraire", a-t-il ajouté.

M. Macron a réaffirmé que Paris partageait avec les Etats-Unis le même "objectif stratégique", à savoir "le fait que l'Iran ne puisse pas se doter de l'arme nucléaire".

Plein écran
© AP