Plein écran
Recep Tayyip Erdogan © AFP

Erdogan menace l'Europe “d’ouvrir les portes” aux réfugiés syriens

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, dont le pays accueille plus de quatre millions de réfugiés, a menacé jeudi d'en laisser affluer une nouvelle vague vers l'Union européenne s'il n'obtient pas davantage d'aide internationale.

Plus de 3,5 millions de ces réfugiés sont des Syriens et Ankara souhaite la création en Syrie d'une "zone de sécurité" où ils pourraient retourner. "Si cela n'arrive pas, nous serons obligés d'ouvrir les portes. Soit vous nous aidez, soit, si vous ne le faites pas, désolé, mais il y des limites à ce que l'on peut supporter", a-t-il déclaré lors d'un discours télévisé à Ankara. "Nous disons, établissons une zone de sécurité (...) si nous faisons une telle chose, cela soulagera la Turquie", a-t-il poursuivi.

Il a également évoqué la situation à Idleb - province syrienne frontalière de la Turquie où résident environ 3 millions de personnes et qui est soumise à des bombardements du régime- ainsi qu'un afflux croissant de réfugiés afghans vers la Turquie. "Nous n'avons pas eu de soutien suffisant, et nous serons obligés de faire cela pour l'obtenir", a-t-il ajouté, affirmant que la Turquie avait dépensé 40 milliards de dollars et n'avait obtenu que trois milliards d'euros de l'Union européenne pour l'accueil des réfugiés syriens.

La Turquie et l'UE ont conclu en 2016 un accord qui prévoyait le retour en Turquie de migrants entrés illégalement en Grèce en échange notamment d'une aide financière de 6 milliards d'euros de l'UE à Ankara.

  1. Londres a refusé de débloquer 170 millions d'euros pour sauver Thomas Cook

    Londres a refusé de débloquer 170 millions d'euros pour sauver Thomas Cook

    Le voyagiste britannique Thomas Cook a demandé au gouvernement de débloquer 150 millions de livres sterling (170 millions d'euros) pour un plan de sauvetage de l'entreprise mais Londres n'a pas accédé à cette demande. "C'est beaucoup d'argent du contribuable", a déclaré dans la nuit de dimanche à lundi le premier ministre Boris Johnson à l'agence PA. "La population remarquera qu'il y a ici un risque moral, au cas où d'autres entreprises se retrouveraient confrontées à de telles difficultés économiques.”
  2. Un trisomique décède dans un véhicule en pleine chaleur

    Un trisomique décède dans un véhicule en pleine chaleur

    Un trentenaire américain atteint du syndrome de Down est décédé en mai dans une camionnette en pleine chaleur, à Seminole, en Floride, alors que la personne qui devait s’occuper de lui s’était endormie sur le siège passager après avoir ingéré de la drogue, ont relaté samedi les médias outre-Atlantique. Arrêté vendredi pour homicide involontaire aggravé, l’employé a été relâché le lendemain après avoir versé une caution de 50.000 dollars (soit 45.000 euros environ), mais il comparaîtra devant la justice ultérieurement.